Le rôle du « manteau d’images » selon Michel Tournier

Par défaut

img_6486

« L E S   V E R T E S   L E C T U R E S« 

de Michel Tournier

première édition chez Flammarion (2006)

Aujourd’hui, 6 décembre, le grand Saint-Nicolas débarque en Belgique et dans les régions frontalières pour récompenser les enfants sages avec des jouets et des friandises.

Et qui sait ? Le grand Saint aura peut-être l’excellente idée de déposer des livres dans les chaussons des enfants… Au coeur de ces pages, illustrées ou non, les enfants découvriront alors un monde imaginaire et enchanteur peuplé de personnages dont les comportements leur sont pourtant familiers.

 « Les vertes lectures » de Michel Tournier nous parle de ces romans qui ont marqué la prime jeunesse de beaucoup d’entre vous et dont le contenu réaliste, souvent cruel, est couvert d’un manteau d’images destiné aux enfants.

img_6499

Si vous avez été ou êtes toujours séduits par les romans de la Comtesse de Ségur, par les récits de Jules Verne, par le monde de Lewis Carroll, le Tintin d’Hergé, l’esprit de Jack London, Lagerlöf, Kipling, Rabier, Gripari, May, plongez-vous vite dans cet ouvrage édifiant qui vous apprendra mille détails sur les origines de ces histoires, ainsi que sur la vie de leur auteur respectif. Ce livre est très agréable à lire et écrit de main de maître par l’auteur de  « Vendredi ou les Limbes du Pacifique » (Grand Prix du roman de l’Académie française en 1967) et « Le Roi des Aulnes » (prix Goncourt en 1970).

Vous trouverez aussi une édition revue et augmentée chez Folio (2007)

Si j’évoque cette lecture, ce n’est pas au titre de « roman bienfaisant », mais parce qu’elle traite de tous ces récits pour la jeunesse qui renferment en eux de véritables vertus bienfaisantes. Car les enfants ont besoin de comprendre le monde qui les entoure, un monde souvent injuste et cruel. Tout comme les adultes, ils ont aussi besoin de libérer leurs émotions par le biais d’une lecture bienfaisante, adaptée à leur âge.

Dans sa psychanalyse des contes de fées, Bruno Bettelheim (1903-1990), pédagogue et psychologue américain d’origine autrichienne, disait « Bien loin de manifester des exigences, le conte de fées rassure, donne de l’espoir pour l’avenir et contient la promesse d’une conclusion heureuse« .

Joyeuse fête de Saint-Nicolas à tous les enfants !

°°°°°°°°°°°°°°°°

PETITE PUB D’OCCASION

Pas d’inspiration pour Saint-Nicolas ou le Père Noël ?

Il était une fois un conte pour aider les enfants à se brosser les dents….

« La Souris Milledent » de Nathalie Cailteux et Elodie Launois est sur Amazon.

Publicités

"

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s