En passant

 

« QUAND ON LIT,

ON N’EST JAMAIS SEUL »

 

Chère lectrice, cher lecteur,

 

 

Vous êtes à la recherche d’une lecture réconfortante ? 

En parcourant le menu du blog,

vous trouverez certainement le livre qui apaisera votre peine

 

Vous voulez un conseil de lecture personnalisé et gratuit ?

N’hésitez pas à prendre contact avec moi en remplissant

CE QUESTIONNAIRE DE BIBLIOTHERAPIE

 

Vous souhaitez partager votre rencontre avec un roman bienfaisant ?

Votre lien sera mentionné dans l’INTRODUCTION

 

N’hésitez pas à me contacter pour me proposer votre roman bienfaisant :

deslivrespourguerir@gmail.com

 

…. If you prefer to read in English…. see corresponding blog READ TO HEAL

« Quand on lit, on n’est jamais seul »

CHOISIR LA VIE

Par défaut

« La réparation » de Colombe Schneck

Editions Grasset, 2012

 

Colombe Schneck est une auteure d’origine juive et lituanienne. Dans ce roman, elle nous raconte la douloureuse histoire de sa famille lors de l’extermination des Juifs durant la seconde guerre mondiale. En Lituanie, 95% des Juifs ont été tués pendant cette terrible période. Les grands-tantes de l’auteure, Raya et Macha, sont déportées dans un ghetto avec leur enfant respectif. Leur mère et les deux enfants, Salomé et Kalman, seront gazés à Auschwitz, mais elles-mêmes auront la chance de survivre et de refaire leur vie. La raison pour laquelle elles ont pu miraculeusement échapper à la terrible sélection restera sujet tabou dans la famille.

« Macha et Raya ont été déportées, ont survécu, se sont remariées, elles ont eu de nouveaux enfants. Ce ne sont pas des choses pour lesquelles il y a des mots, pour lesquelles on peut se dire, qu’aurais-je fait à leur place ? »

L’auteur cherchera à comprendre ces secrets inavouables lorsqu’elle-même deviendra mère et donnera à sa propre fille le prénom de l’un des deux enfants assassinés.

« En donnant ce beau prénom de Salomé à ma fille, j’ai fait peser sur elle une malédiction que je ne connaissais pas. »

L’écriture de ce récit représente pour Colombe Schneck une réparation face à la douleur et à la culpabilité supportées par sa grand-mère, par sa mère et inconsciemment par elle-même suite aux atrocités vécues par les membres de sa famille.

Roman bienfaisant ?

Ce roman  montre combien il est difficile de se mettre à la place de celles et ceux qui ont subi la barbarie, et combien l’instinct de survie ne peut que prévaloir dans certaines circonstances. Continuer à vivre et qui plus est, à vivre heureux constituent finalement la seule revanche possible face à l’abomination de la Shoah.

Je conseille ce roman aux grands pessimistes, à celles et ceux qui ont le mal de vivre, qui doute du bonheur. Si nous avions survécu à l’horreur des camps de concentration, aurait-il été possible pour nous de retrouver la joie de vivre ? Qui peut affirmer le contraire lorsque la vie offre une seconde chance ?

Des mots pour réparer

Zigzaguant dans une enquête qui la dépasse, l’auteur parvient à mettre en lumière l’innommable tout en racontant la détresse et l’incompréhension des proches qui n’ont pas vécu l’enfer, mais le subissent malgré tout.

Ci-après vous pouvez écouter l’interview de Colombe Schneck. Attention toutefois, elle nous parle de son récit et en dévoile tous ses secrets…

 

 

Roman coach sur la manipulation perverse

Par défaut

Roman coach sur la manipulation au sein du couple

Le courage de partir, Barbara Kaufmann, roman coach Barbara Kaufmann, Le courage de partir, roman coach

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le roman coach : édition spéciale

 

La collection Roman Coach des Editions ESI a publié en mai 2018 le roman de

Barbara Kaufman « Le Courage de partir »,

un récit de 250 pages suivi d’un dossier de conseils pour sortir de l’emprise néfaste d’un conjoint manipulateur.

 

Récit d’une femme manipulée

Le lecteur entre dans la vie d’apparence heureuse de Jeanne, femme mariée, mère de deux enfants, travaillant dans une maison d’édition et toujours amoureuse de son époux. Pourtant au fil du récit, le beau rêve s’avère une toute autre réalité. Jeanne étouffe dans sa vie et son mal-être se transmet aussi à ses enfants. Elle s’interroge sur le comportement nocif de son mari. Serait-il à l’origine de ses tourments et de l’ambiance chaotique de la famille ?

 

Coaching pour quitter un pervers narcissique

Le dossier coaching qui suit le récit révèle les techniques de manipulation d’un pervers narcissique, principalement au niveau du couple. Des schémas apportent un éclairage sur les facettes de la manipulation, sur les niveaux de pathologie (petit manipulateur, manipulateur sévère à pervers narcissique ordinaire, pervers pathologique), sur les techniques de manipulation les plus courantes (dévalorisation, déstabilisation, isolement, etc.), sur les émotions et souffrances récurrentes, etc. De nombreux conseils sont apportés pour échapper à l’emprise malfaisante d’un conjoint ou d’une conjointe et trouver la voie d’une guérison intérieure.

 

Que penser du roman coach ?

J’avoue que ce roman coach a été une belle surprise. D’emblée cet ouvrage annonce la couleur de son objectif : coacher le lecteur vers un chemin de guérison. Le but n’est pas ici de faire de la grande littérature, mais plutôt d’écrire une fiction pour éclairer en connaissance de cause les côtés obscurs des relations humaines et trouver une sortie de secours pour celle ou celui qui les subit.

La visée thérapeutique du récit est clairement annoncée.

Et user de ce merveilleux outil qu’est le conte ou la fiction permet de se documenter agréablement sur le sujet.

Toutefois, contrairement à certains romans qui suivent le même objectif, mais avec peu de subtilité ou moins de franchise, cet ouvrage n’affiche pas d’arrière-goût insipide. Le récit joue sur la corde du suspense sans trop donner dans le format du roman de développement personnel. La lecture reste agréable et éveille l’empathie.

Par ailleurs, les conseils donnés dans la partie du dossier semblent judicieux et soulèvent le voile sur des comportements néfastes, tout en donnant des pistes pour s’y soustraire, voire pour aider un proche à se détacher d’une telle emprise.

 

Récit bienfaisant ?

« Le Courage de partir » de Barbara Kaufman est une fiction orientée coaching, mais une fiction tout de même, qui non seulement permet à de potentielles victimes de ne plus se sentir seules, mais leur apporte aussi dans le détail un programme pour améliorer leur vie.

 

Et vous ?

Avez-vous déjà lu de tels romans qui affichent clairement leur objectif coaching ? Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à me faire parvenir vos témoignages.

 

 

Remèdes littéraires

Par défaut

« Remèdes littéraires »

« Se soigner par les livres »

(traduction de la version anglaise « The Novel Cure, An A-Z of Literary  Remedies »

par Philippe Babo et Pascal Dupont, publiée chez JC Lattès en 2015)

 

Cet ouvrage de référence est l’oeuvre de Ella Berthoud et Susan Elderkin qui ont créé un service de bibliothérapie à la School of Life de Londres en 2008. La School of Life favorise le développement des compétences émotionnelles en amour, dans le travail, dans les relations avec soi et avec autrui. Sur le site de cette école, on peut se diriger vers une section « The Book of Life » où plusieurs chapitres traitent de bibliothérapie, notamment

Chapitre 22 : The importance of books (L’importance des livres)

Chapitre 28 : What is Literature for ? (A quoi sert la littérature ?)

Chapitre 41 : The Book that Understands you (Le livre qui vous comprend)

 

A la veille de la Toussaint, le thème de la mort et du deuil traverse nos vies et réveille nos souvenirs.

Quels sont les romans qui aident à traverser l’épreuve de la mort d’un être cher ?

Dans leur ouvrage, les deux auteures évoquent les cinq étapes du deuil identifiées par Elisabeth Kübler-Ross à la fin des années 60.

Un roman figure au menu pour chacune de ces étapes.

1. Déni ou état de choc :

La proposition de lecture proposée par les « Remèdes Littéraires » dans cette étape de déni est « Quand tu es parti » de Maggie O’Farrell 

Une femme se sauve après avoir vu quelque chose de choquant, puis elle tombe dans le coma, et des réminiscences du passé affluent dans son cerveau.

 

2. Colère :

Selon les conseils issus de l’ouvrage « Remèdes littéraires », rien de mieux pour extérioriser ce sentiment de colère que de lire « Incendiaire » de Chris Cleave 

Pour survivre à la douleur d’avoir perdu mari et fils dans un attentat, une femme écrit une longue lettre à Ben Laden.

 

3. Marchandage :

Une façon de négocier avec soi-même et le destin pour faire taire la souffrance serait perçue dans  « Extrêmement fort et incroyablement près » de Jonathan Safran Foer

Expliquer l’inexplicable, c’est ce que va tenter de faire un jeune garçon en cherchant la serrure pour la clef que lui a remise son père juste avant de mourir dans les attentats du World Trade Center.

4. Dépression :

Le sentiment le plus redouté est exploré dans « Tout ce que j’aimais » de Siri Hustvedt

Deux couples d’artistes amis qui vivent à New York  sont frappés par le destin qui les contraint à faire face à une grande douleur.

5. Acceptation :

Il faut parfois solder ses comptes avec la mort d’un être cher comme le découvre le narrateur de « D’ici là » de John Berger

L’auteur revoit des personnes disparues depuis longtemps, et il passe du temps avec les vivants et avec les morts.

 

Bonne lecture et bonne journée de Toussaint demain !

Tout commence avec un orage….

Par défaut

 

 

Agnès Ledig On regrettera plus tard - roman bienfaisant

« On regrettera plus tard« 

Agnès Ledig

Albin Michel 2016 – Pocket 2017 –  Audiolib 2017

Le destin se sert d’une nuit d’orage pour bouleverser la vie des protagonistes de ce récit. D’un côté, il y a Eric qui voyage avec sa fillette Anna Nina dans une roulotte au gré des chemins et des saisons, fuyant ainsi un passé tragique. D’un autre côté, Valentine, enseignante célibataire, mène une vie très active soutenue par deux fidèles amis, mais elle est incapable de s’attacher amoureusement à un homme sur la durée.

La rencontre inopinée d’Eric et de Valentine les oblige à revoir leurs engagements personnels et à se remettre profondément en question. Les personnages qui gravitent autour d’eux sont empreints d’une sincère bienveillance qui les rend tous attachants.

L’auteur Agnès Ledig est une romancière et sage-femme française qui a pris la plume la première fois en 2005 pour raconter le quotidien de son fils atteint de leucémie. Son écriture comme exutoire à sa douleur deviendra par la suite un baume d’espoir pour les lecteurs en quête de récits bienfaisants.

« On regrettera plus tard » fait partie de ces romans à valeur bienfaisante.

La réalité de chaque protagoniste est décrite avec intelligence et empathie. Les blessures du passé font obstacle au présent et paralysent toute joie future pour celles et ceux qui se laissent envahir par le poids de leur injustice. Or il faut parfois accepter d’être dérangé ou bousculé dans sa douleur pour dissiper le voile et entrevoir un avenir plus heureux.

Je vous invite à écouter Agnès Ledig qui parle de son roman et de l’espoir qu’elle souhaite y distiller. Pari gagné !

 

Prenons soin de notre liberté !

Par défaut

« La servante écarlate »

Margaret Atwood

Traduction française par Sylviane Rue (The Handmaid’s Tale)

Publié en 1985 et traduit en français en 1987

Editions Robert Laffont (2017)

 

Ce récit dystopique se déroule dans un pays totalitaire (autrefois les Etats-Unis d’Amérique) où la religion domine la politique et où les femmes sont divisées en cinq classes : les Epouses d’hommes appartenant aux instances dirigeantes (classe dominante), les Marthas qui entretiennent les foyers, les Ouvrières, les Tantes qui forment les Servantes et enfin les Servantes Ecarlates, seules femmes encore capables de procréer dans un monde où la pollution a réduit le taux de natalité de façon catastrophique.

Ces servantes portent des vêtements rouges, ainsi qu’un prénom se composant du nom de l’homme qui est tenu de les féconder en présence de sa propre épouse lors des journées fertiles. Les punitions et les exécutions publiques vis-à-vis des rebelles sont légion au sein de cette dictature. Pour ne pas sombrer, la protagoniste principale du récit, qui est une servante écarlate, se réfugie dans les souvenirs d’un passé qui ressemble à notre présent.

L’histoire de Margaret Atwood a reçu plusieurs récompenses et a été adaptée au cinéma dans un film americano-allemand réalisé par Volker Schlöndorff en 1990, et récemment dans une série américaine réalisée en 2017 dont la troisième saison est en cours de préparation.

Thèmes abordés :

  • asservissement des femmes
  • suppression de la liberté d’expression, de croyance, de plaisir, bref de la liberté tout court
  • vision écologique

Au vu des actualités, ainsi que des avertissements lancés par la nature, le monde décrit par la romancière n’est plus un futur improbable. Ce n’est donc pas un hasard non plus que le roman publié en 1985 réapparaisse maintenant sur le devant de la scène avec la série américaine éponyme.

Auteur :

La romancière canadienne Margaret Atwood est née à Ottawa en 1939 et nous prenons plaisir à écouter son interview dans l’émission canadienne ci-après du 12 novembre 2017

 

 

Roman bienfaisant ?

Ce récit suscite très certainement des questions sur notre avenir et sur celui de nos enfants. Il est bienfaisant dans le sens où il pointe le doigts sur ce que nous devons à tout prix préserver et protéger : notre liberté et celle d’autrui, et bien sûr notre environnement naturel.

Se plonger dans une telle lecture, c’est aussi relativiser nos petits soucis quotidiens en nous disant que : nous avons encore la chance de pouvoir choisir, de pouvoir travailler, de pouvoir aimer…

 

 

Papillon thérapeutique pour la rentrée scolaire !

Par défaut

« Le Bruissement de l’aile du papillon »

Stéphanie Zeitoun

Editions Alphée, 2007

Premier roman d’une journaliste spécialisée dans les techniques de développement personnel, ce conte initiatique s’adresse tout particulièrement aux jeunes adolescents.

Le récit relate les difficultés rencontrées par une jeune fille et la façon dont elle trouvera le moyen de les surmonter. A 12 ans, Yaëlle est confrontée à un terrible choc : le décès de son père lors d’une catastrophe aérienne. S’ensuivent la dépression de sa mère et sa prise en charge par les grands-parents. Sa mère reviendra par la suite, mais avec un nouveau compagnon.

Tous ces changements sont terriblement difficiles à vivre pour l’adolescente. Toutefois, un colis laissé par son père et qui lui sera remis peu après son décès l’aidera à grandir et à faire face aux épreuves de la vie.

Roman bienfaisant ?

Ce roman initiatique semble a priori candide, mais il regorge de bon sens. S’adressant tout particulièrement à un jeune public, il peut aussi toucher le lecteur adulte et lui ouvrir des portes insoupçonnées.

« Le Bruissement de l’aile du papillon » est un récit thérapeutique où la métaphore du papillon en devenir correspond au passage à l’âge adulte.

Stéphanie Zeitoun nous parle dans l’interview ci-dessous de la genèse de son roman et du pouvoir bienfaisant des contes.