Archives de Catégorie: Thème du DEUIL

L’abîme du deuil est d’autant plus profond lorsque l’on s’y sent seul et abandonné.

Interview d’une auteure au roman bienfaisant « Il y a des siècles que je t’aime »

Par défaut

 

 

 

 

 

 

 

« Il y a des siècles que je t’aime« 

Elisabeth Demouy

Editeur : Chapitre.com, 2015

L’épreuve du deuil entraîne souvent des questionnements sur la finitude de l’existence, sur  le rôle de notre vie, sur l’après-vie… Différentes réponses existent et nous sommes tous en quête de celle qui nous convient le mieux. Dans son premier roman, Elisabeth Demouy nous propose une option réconfortante pour surmonter la perte d’un être cher.

Je remercie l’auteure d’avoir bien voulu répondre à mes questions après cette belle et intéressante lecture.

LirepourguérirElisabeth Demouy, dans ce premier roman « Il y a des siècles que je t’aime », vous abordez le thème du deuil. Le bonheur d’un jeune couple est brisé par la mort tragique de la femme, Catherine, qui perd la vie dans un accident de voiture. Maxime, son compagnon, va devoir affronter cette épreuve brutale qui l’anéantit. Pouvez-vous nous décrire les différentes étapes de sa démarche qui procèdent du roman initiatique tel que vous le définissez ?

Elisabeth DemouyMa définition du roman initiatique, c’est une lecture qui inspire, qui fait réfléchir. Qui initie le lecteur en ouvrant des portes vers d’autres consciences. Le genre de lecture qui donne parfois envie de refermer le livre entre deux chapitres ou deux pages, pour mieux intégrer son contenu. J’ai choisi le thème fort de la perte d’un être cher comme tremplin d’accès à une dimension plus vaste. Car dans la mort se trouve aussi la renaissance, c’est une transmutation d’énergie. C’est le cheminement d’un homme qui perd sa femme d’un tragique accident dans la fleur de l’âge. Ce drame inacceptable l’entraînera dans une quête de vérité qui le mènera bien au-delà de la compréhension de la mort de son âme sœur. Composé en trois parties – le deuil, la reconstruction et la quête spirituelle – il s’adresse à tout le monde.

LirepourguérirVous évoquez dans votre roman le principe de réincarnation des âmes. Est-ce une croyance à laquelle vous adhérez depuis toujours ou vous est-elle apparue comme évidente après une expérience qui vous a marquée ?

La réincarnation est pour moi une évidence. Les innombrables récits d’expérience de mort imminente (également connus sous le nom de NDE), sont là pour en attester. Cela explique le cas des enfants qui se mettent à parler dans une langue étrangère ou des personnes qui sont attirés par un pays, un lieu ou une ville et qui s’aperçoivent sur place qu’ils connaissent l’endroit comme leur poche, alors qu’ils n’y ont jamais mis un pied.

Lirepourguérir :  Pourquoi, selon vous, la croyance en la survie des âmes peut-elle être source de bien-être dans la vie de tous les jours ?

Elisabeth DemouyN’est-ce pas plus agréable de se dire que l’âme est éternelle plutôt que de croire que l’on n’a que cette vie pour tout expérimenter ? Selon le Dalaï Lama, nous aurions eu d’innombrables vies… Ce qui laisse le temps à l’âme de mûrir et d’évoluer. Choisir de croire à la réincarnation permet d’être plus serein et moins dans le jugement – de soi-même comme des autres.

Lirepourguérir :  Pour les lecteurs qui n’adhèrent pas à la théorie de la réincarnation des âmes –  voire à leur survie après la mort – pensez-vous que votre roman puisse déclencher un processus de mieux-être après le décès d’un proche ? Par exemple, en soulignant le bienfait des rencontres humaines bienveillantes comme c’est le cas dans votre roman.

Elisabeth DemouyJe l’espère ! Bien évidemment que les rencontres sont importantes. Je crois qu’on ne rencontre personne par hasard. Dans cette histoire, la belle-sœur de Maxime, lui recommande une psychologue, qui s’avérera très importante dans son processus d’ouverture. Avant la mort de son âme sœur, Maxime était tout ce qu’il y a de plus cartésien : en suivant sa quête de vérité, j’invite le lecteur à réfléchir sur sa propre vision de l’existence.

Publicités

Un roman triste mais lumineux !

Par défaut

« Les derniers jours de Rabbit Hayes »

Anna McPartlin

Editions Cherche Midi, 2016  (traduit de l’anglais par Valérie Le Plouhinec)

Une couverture plutôt joyeuse pour aborder un thème très sombre, celui du deuil, de la souffrance incurable et de la séparation imminente avec un être cher.

L’auteur, Anna McPartlin est une ancienne humoriste irlandaise devenue romancière.  « Les derniers jours de Rabbit Hayes » est le premier de ses romans à être traduit en français.

L’histoire raconte les neuf derniers jours de Mia, surnommée Rabbit, une quadragénaire en phase terminale d’un cancer généralisé. Elle sait qu’elle va mourir et ses proches parents et amis le pressentent également : sa mère, son père, sa fille Juliet, âgée de 12 ans et qu’elle a élevée seule,  sa soeur aînée et son frère qui est revenu d’Amérique, ainsi que sa meilleure amie Marjorie.  Chacun gère à sa façon cette terrible épreuve. Les chapitres sont divisés entre les pensées et réminiscences des uns et des autres; c’est ainsi que les souvenirs et expériences affluent pour refléter tous les liens affectifs qui ont tissé la toile du destin de Rabbit Hayes.

 

Roman bienfaisant ?

Cette lecture est extrêmement touchante parce que

  • d’une part, elle est très réaliste : la souffrance physique de Rabbit n’est pas dissimulée et les attitudes maladroitement humaines des proches ne sont en rien atténuées. L’auteur a voulu décrire avec une lucidité attendrissante les comportements de gens comme vous et moi qui se retrouvent un jour anéantis face à la mort prochaine de leur fille, mère, soeur, tante ou amie.
  • d’autre part, ce récit est empreint d’humour et d’amour, ce qui le rend terriblement attachant. Les caractères trempés, les travers et les gaffes des uns et des autres ponctuent les événements et surtout, l’amour entre ces gens illumine la tragédie et lui donne une nouvelle perspective réconfortante.

Alors, oui, il s’agit pour moi d’un roman bienfaisant pour les personnes touchées par le deuil, le cancer au stade ultime, la séparation avec un proche. Bien sûr, les souffrances liées à une expérience similaire pourront ressurgir à la lecture de ce drame, mais cette résurgence se produira à la façon d’une catharsis salutaire.

Il faut également souligner le caractère « complet » de ce récit dans le sens où les diverses perspectives face à l’appréhension du décès imminent ne concernent pas seulement les parents et amis de Rabbit, mais Rabbit elle-même, qui nous donne son point de vue sur sa situation à la limite de la mort.

***

Pour finir, je vous mets ci-après le lien vers une vidéo où l’auteur Anna McPartlin nous parle de son roman. Le dialogue est en anglais et les sous-titres en alllemand, mais je vous ai fait une grossière traduction française ci-dessous si vous avez des difficultés à comprendre :

 

Traduction française de l’interview de Anna McPartlin :

« « Les derniers jours de Rabbit Hayes » relate les neuf derniers jours de la vie d’une femme, Rabbit. Elle a 40 ans et nous faisons sa connaissance alors qu’elle se rend avec sa mère dans une maison de soins où elle finira ses jours.

A première vue, cela semble très déprimant, mais en réalité, l’idée ici est de célébrer la vie. Il s’agit d’un roman sur la joie et le bonheur, sur la famille, l’amour, l’amitié et toutes ces belles choses de la vie – c’est aussi la raison pour laquelle il est si difficile de lâcher prise, car la vie est merveilleuse.

Ce récit s’inspire de beaucoup d’événements de ma propre vie. Ma mère entra en maison de soins à  42 ans, l’âge que j’ai actuellement. A l’époque, j’avais 11 ans, un peu comme la fille de Rabbit dans le roman. Il y a donc plusieurs parallèles.

Mais il s’agit tout de même d’une autre histoire. Alors que Rabbit souffre de cancer, ma mère avait la sclérose en plaques, une maladie à plus longue échéance. Toutefois, le temps que l’on passe avec des gens malades alors qu’il devient un facteur problématique – parce qu’il se fait rare – ce temps devient terriblement important. Et je pense que cette urgence temporelle imprègne l’histoire de ce roman.

J’aime tous les protagonistes de ce roman. Toutefois, j’ai une préférence pour Molly, la mère de Rabbit, qui incarne tout ce que j’apprécie tellement chez les robustes mères irlandaises : elle n’accepte aucun refus, elle est à la fois comique, intelligente et chaleureuse. Elle adore sa famille et ferait n’importe quoi pour elle.

Si le lecteur doit retenir quelque chose de ce roman, je souhaite que ce soit ceci : la vie doit être vécue et il ne faut pas craindre la mort qui représente juste une grande inconnue. Et là où il y a de l’amour, le bonheur est présent. »

 

Mémoire défaillante, un thriller psychologique pour en parler

Par défaut

img_6678

« AVANT D’ALLER DORMIR »

J.S. Watson

Ce thriller psychologique raconte le désespoir, mais aussi l’instinct de survie d’une femme amnésique qui se réveille tous les matins en ayant oublié son passé, et notamment ses vingt dernières années. Elle ne se reconnaît pas dans la glace et ne parvient pas à identifier l’homme qui dort à ses côtés et qui prétend être son mari.

Un médecin la contacte tous les matins et lui indique l’endroit où elle a caché le journal intime dans lequel elle note ce qu’elle vit au fil des jours. Ce précieux outil l’accompagne au quotidien pour l’aider à retrouver les bribes de son passé et dissiper son désarroi toujours renouvelé. Peu à peu lui apparaissent pourtant des incohérences entre ce qu’elle écrit, ce qu’on lui raconte, et le peu dont elle se souvient…

Outre la tension latente qui sous-tend ce roman et tient le lecteur en haleine, l’importance de la mémoire et des souvenirs dans l’identité humaine est mise en avant tout au long du récit :

« Que sommes-nous d’autre que la somme de nos souvenirs?« 

La protagoniste veut retrouver les souvenirs qui la définissent en tant qu’être humain, même si ceux-ci sont douloureux…

« Tout ce que je veux, c’est me sentir normale. Vivre comme tout le monde, avec des expériences enrichissantes, chaque jour donnant forme au suivant. Je veux mûrir, apprendre des choses et accumuler du savoir.« 

Des réflexions s’échangent sur l’histoire personnelle telle que vécue et perçue par chacun d’entre nous, et par là même, sur le tissu de souvenirs qui prend forme au gré de nos besoins pour forger le socle de notre existence :

« Nous changeons toujours les faits, nous réécrivons toujours l’histoire pour nous rendre la vie facile, pour la faire coïncider avec la version des événements que nous préférons. Nous le faisons automatiquement. Nous inventons des souvenirs. Sans y penser. Si nous nous répétons suffisamment souvent que quelque chose a eu lieu, nous finissons par le croire, et ensuite nous pouvons nous en souvenir.« 

Roman bienfaisant ?

Ce thriller aborde les troubles cérébraux liés à la mémoire. Beaucoup d’entre nous connaissent une personne atteinte d’un de ces disfonctionnements de la mémoire. Il s’agit souvent de personnes âgées, mais pas toujours. La communication avec ces personnes peut s’avérer difficile, il faut faire preuve de beaucoup d’empathie et d’amour pour pouvoir suivre le cheminement de leurs pensées confuses.

Le roman prend ici la position du malade et rend compte de sa détresse face à son cerveau défaillant.

« Au revoir là-haut » de Pierre Lemaitre

Par défaut

« Au revoir là-haut » de Pierre Lemaitre

... un titre qui convient bien à ce jour de Toussaint....

Lauréat de plusieurs prix littéraires en 2013, dont le prestigieux Prix Goncourt, le roman de Pierre Lemaitre relate avec talent les tragiques péripéties de deux rescapés de la première guerre mondiale. Bien qu’issus de milieux sociaux différents, ils vont unir leur destinée dans un effort commun de survie aux sombres et amers lendemains du carnage des tranchées.

Sont abordées dans ce roman diverses thématiques, parmi lesquelles :

la différence sociale qui imprégnait fortement les relations humaines à cette époque, et a fortiori les relations entre militaires

« Il confirme l’adage selon lequel le véritable danger pour le militaire, ce n’est pas l’ennemi, mais la hiérarchie. »

l’injustice ressentie par les rescapés de la guerre,

« Le pays tout entier était saisi d’une fureur commémorative en faveur des morts, proportionnelle à sa répulsion vis-à-vis des survivants »

mais aussi le deuil vis-à-vis d’un fils que son père regrette – hélas trop tard – d’avoir « mal » aimé

« L’immensité de sa peine était décuplée par le fait qu’au fond, c’était la première fois qu’Edouard existait pour lui. Il comprenait soudain combien, obscurément, à contrecœur, il avait aimé ce fils ; il le comprenait le jour où il prenait conscience de cette réalité intolérable qu’il ne le reverrait jamais plus. »

Outre les protagonistes principaux, les personnages secondaires sont superbement décrits, leur psychologie finement ciselée par la plume de l’auteur.

J’ai écouté ce roman lu par l’auteur lui-même. Pierre Lemaitre nous confie avoir écrit ce livre comme une histoire racontée, ce qui explique certaines incursions de l’auteur dans la narration telles que « je vous l’avais bien dit… ». Un certain humour transparaît également dans ces incursions, apportant un peu de légèreté au côté sombre du récit.

Ecouter lire ce roman me semble une option très intéressante et je dois avouer avoir été rapidement captivée par cette narration orale, d’autant plus que Pierre Lemaitre s’avère un talentueux lecteur à voix haute.

Roman bienfaisant ?

Roman d’évasion permettant de relativiser nos soucis, les injustices et les deuils que nous sommes tous appelés à endurer.

Valeur littéraire ?

Le roman a mérité ses prix à plus d’un titre. Dans l’interview avec l’auteur en fin de récit, il mentionne ses nombreuses sources d’inspiration littéraire parmi lesquelles des maîtres classiques comme Marcel Proust, Balzac, Diderot, Homère etc.

L’ART DU BIEN MOURIR ou « Les trois jours et demi après la mort de mon père » de Valérie Seguin

Par défaut

« Les trois jours et demi après la mort de mon père » de Valérie Seguin

C’est demain, 16 septembre 2015 que sortira en librairie le  livre très attendu de Valérie Seguin. L’auteure y raconte l’expérience qu’elle a vécue après le décès de son père, ainsi que son cheminement spirituel qui en fut la conséquence.

Bien que Valérie Seguin ne possède aucun don de médium, elle perçoit une onde d’amour et de bien-être durant les trois jours et demi qui ont suivi la mort de son père. Cette expérience hors du commun trouble profondément la femme moderne et rationnelle qu’elle est et l’incite à entreprendre des recherches sur des témoignages similaires et sur des études scientifiques concernant « l’après-vie ».

« Ce fut une expérience physique, intense et unique de quelques jours qui m’a donné la preuve de l’existence d’une après-vie. Une expérience dont la force a provoqué ma réflexion et m’a poussée à écrire ce livre »

Son livre témoigne de ses réflexions et de son enquête pour connaître le sens de cette expérience vécue aux frontières de la vie et de la mort. L’auteure nous livre les conclusions auxquelles elle est parvenue au terme de son cheminement spirituel et qui devraient nous aider à bien mourir et à préparer nos proches pour cet ultime voyage.

Une lecture bienfaisante à plus d’un titre :

Ce témoignage n’est pas le fruit d’une croyance ou d’un fantasme, mais celui d’une personne sensée et réfléchie qui cherche à comprendre ce qui lui est arrivé à un grave moment de sa vie. Son expérience, ainsi que les résultats de ses recherches nous rassurent sur le devenir des proches qui nous ont quittés, mais également sur notre propre mort. En citant de nombreux ouvrages et références, le roman nous donne des clefs pour effectuer notre propre enquête à travers les époques et les diverses cultures et religions.

Mais plus que tout, Valérie Seguin nous fait prendre conscience que l’existence d’un au-delà doit nous aider à vivre « mieux » (d’un point de vue spirituel)  ici-bas afin que nous puissions aborder un jour le grand passage en toute sérénité .

AU REVOIR PAPA !

Par défaut

Je suis debout au bord de la plage

Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l’océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’horizon.
Quelqu’un à mon côté dit :
« Il est parti ! »
Parti ? Vers où ?
Parti de mon regard. C’est tout…
Son mât est toujours aussi haut,
Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi,
Pas en lui.
Et juste au moment où quelqu’un près de moi dit : « il est parti ! »
Il en est d’autres qui, le voyant poindre à l’horizon et venir vers eux,
S’exclament avec joie :
« Le voilà ! »…
C’est cela la mort.
Il n’y a pas de morts,
il y a des vivants sur les deux rives.

(William Blake)

PERDRE SA MOITIE, et puis ? « L’Exception » de Audur Ava Olafsdottir

Par défaut

« L’Exception » de Audur Ava Olafsdottir

Tout semble se dérouler à la perfection au sein du couple formé par Maria, Floki et leurs adorables jumeaux. Pourtant en ce soir de réveillon, Floki  annonce de façon inattendue à son épouse qu’il a décidé de la quitter pour un collègue et ami avec lequel il fait des recherches sur la théorie du chaos. Le chaos, c’est précisément ce que Maria va endurer après ce départ pour le moins surprenant et déstabilisant; non seulement elle découvre les penchants homosexuels de son mari, mais sa vie à elle est littéralement amputée de sa moitié.

Le choc de la séparation, le bouleversement du quotidien qui s’ensuit, et peu à peu la reconstruction de l’épouse sont disséqués à travers les détails parfois cocasses que nous livre la talentueuse plume de cette auteure islandaise, Audur Ava Olafsdottir.

Le lecteur apprend à connaître les familiers du couple, notamment la voisine naine qui semble-t-il, serait écrivain et une psychologue pour le couple, ou encore le père géniteur qui apparaît subrepticement dans la vie de Maria.

D’une facture à la fois minimaliste tout en n’omettant pas le détail qui s’inscrit au coeur même du vécu, ce roman original constitue une lecture agréable, sereine et revigorante pour tous ceux qui affrontent une brusque séparation ou un deuil.

Les gens refusent de regarder en face ce monde truffé d’éclats de verre et d’admettre qu’une souffrance profonde aiguise la perception et donne de la valeur à l’existence

Décrit sur le quatrième de couverture comme « le grand roman de la déconstruction et de la reconstruction narcissique à la portée du commun des mortels », ce récit a aussi le mérite de nous faire voyager au sein des paysages d’un pays nordique peu connu, l’Islande.

Face au MAL, l’action solidaire évoquée dans « LA PESTE » d’Albert Camus

Par défaut

« LA PESTE » d’Albert Camus

Qui n’a jamais entendu parler de ce classique de la littérature française ? Paru en 1947 au lendemain de la seconde guerre mondiale, le récit chronologique de cette épidémie est souvent interprété comme une allégorie de la montée du nazisme en Europe. L’auteur lui-même ne renie pas cette interprétation.

L’histoire du roman se situe en 1940 dans la ville d’Oran en Algérie où se déclare une épidémie de peste qui finit par isoler la ville du reste du monde et à obliger les habitants à s’investir d’une manière ou d’une autre pour survivre au fléau.

Face à ce malheur survenu inopinément – à ce « mal abstrait » qui prend peu à peu les contours de la peste – vont se manifester les réactions humaines les plus diverses, depuis le sacrifice  et le don de soi pour le bien-être et la survie de son prochain… jusqu’à la recherche égoïste du profit aux dépens d’autrui. Diverses figures de la société sont décrites ici et l’on suit leur parcours, leur dérive, leur grandeur comme leur bassesse.

Selon une étude critique sur un site que je vous recommande ici, la peste représente une forme concrète du mal existentiel qui emprisonne chaque homme dans sa condition humaine et l’empêche de s’adapter à des situations nouvelles.

Pourquoi placer ce roman parmi les ouvrages qui traitent du thème du deuil ?

Parler de l’emprisonnement de la condition humaine ou de la destinée des hommes soulève naturellement la question de la finitude de l’existence.

Pour survivre, pour s’adapter, ou tout simplement pour faire le deuil de la routine et de l’existence sans fin et sans heurt qu’il n’obtiendra jamais, l’homme possède une arme : sa liberté d’action et sa liberté de participation à l’amélioration de la condition humaine.

Pour Camus, l’homme doit continuellement se battre contre la souffrance humaine, contre le mal existentiel qui frappe tout un chacun et ainsi révéler la nature exemplaire de sa condition.

Un roman qui fait du bien ?

La lecture du roman ne permet pas l’évasion dans un univers plein de rêve… Si vous cherchez de l’humour, de la distraction, de la légèreté, passez votre chemin. « La peste » n’est pas pour vous maintenant.

Par contre, si vous souhaitez vous engager dans une réflexion profonde sur la condition humaine, ses limites, ses entraves, mais aussi ses possibilités de survivre et d’affronter son destin, fût-il terrible, alors LA PESTE de Albert Camus constitue un roman à lire, voire à analyser pour en retirer le fruit de sa quintessence.

… « Mais qu’est-ce que ça veut dire la peste?
C’est la vie voilà tout.« …

Chers lecteurs ou lectrices de ce blog, si vous connaissez des romans classiques bienfaisants, n’hésitez pas à m’en faire part en m’envoyant vos témoignages grâce au formulaire ci-après …. Merci d’avance !

ON PEUT VIVRE PLUS D’UNE VIE « Le manoir de Tyneford » de Natasha Solomons

Par défaut

« Le manoir de Tyneford » de Natasha Solomons

Ce roman paru aux éditions Calmann-Lévy en 2012 est maintenant également publié par Le livre de Poche et fait partie de la sélection du prix des lecteurs 2014.

L’histoire racontée par la narratrice débute à Vienne, juste avant la seconde guerre mondiale. Juive autrichienne de 19 ans, originaire d’un milieu aisé, Elise est envoyée pour des raisons de sécurité en Angleterre.  Elle doit quitter sa famille, son rang social pour entrer en tant que domestique au service d’une grande propriété du Dorset, à Tyneford.

Le changement est brutal, elle doit petit à petit faire le deuil de sa vie choyée et entourée par l’affection des siens à mesure que la guerre éclate et que les interdictions restreignent de plus en plus la liberté des Juifs d’Europe. Malgré tout, elle réapprend à vivre dans son nouveau milieu, à s’attacher à d’autres personnes, à reconstruire une nouvelle vie. Son parcours sera ponctué de séparations et de deuils, mais la vie (avec son lot de joies et de peines) reprend toujours sur de nouvelles bases.

Ce roman me semble tout à fait adapté aux personnes qui sont confrontées à des situations de deuil, non seulement le deuil face à la perte de personnes proches, mais également le deuil dans son sens le plus large, à savoir la perte de certaines habitudes de vie qui semblent pourtant éternelles.

« Mais la guerre gronde et le monde change. Elise aussi doit changer. C’est à Tyneford pourtant qu’elle apprendra qu’on peut vivre plus d’une vie et aimer plus d’une fois«  (cfr quatrième de couverture Livre de Poche)

Chose supplémentaire non négligeable, « Le manoir de Tyneford » est un roman qui est très agréable à lire et ne manque pas de suspense.

Selon les notes de l’auteur,  le lieu-dit Tyneford a été inspiré par l’endroit protégé et l’histoire d’un village fantôme de Tyneham sur la côte de Dorset où le manoir élisabéthain était considéré comme l’un des plus beaux d’Angleterre.

 

 

 

RETROUVER LE BIEN-ÊTRE PAR LA LECTURE : Nina Sankovitch « Tolstoy and the purple chair »

Par défaut

Une fois n’est pas coutume ! Je vous présente ici un roman écrit en anglais « TOLSTOY and the PURPLE CHAIR – My Year of Magical Reading » de NINA SANKOVITCH.

Envahie par la tristesse après le décès de sa soeur aînée, Nina Sankovitch décide de se donner les moyens de s’en sortir. Elle va relever un défi qui lui tient particulièrement à coeur et qui devrait l’aider à faire son deuil : pendant un an, elle lira un livre par jour et en fera chaque fois la critique sur son blog.

Dans ce roman éloquent et plein de tendresse, elle évoque par le biais de ses lectures sa relation avec son entourage, son passé, sa famille et bien entendu sa soeur défunte. Les romans apparaissent comme le miroir de ses propres émotions et l’incitent à réfléchir sur le véritable sens et devenir de la vie. L’année de lecture qu’elle s’impose avec plaisir constitue pour elle une véritable année de thérapie, le genre de thérapie dont je suis friande et que je vous conseille également.

Si je devais mettre en avant un roman pour faire l’éloge de la bibliothérapie, c’est sans nul doute celui-ci que je choisirais !

Je reprends la citation d’un journaliste O, The Oprach Magazine mentionnée sur la couverture du roman « Anyone who has ever sought refuge in literature will identify with Tolystoy and the Purple Chair » (celui qui a un jour cherché refuge dans la littérature se retrouvera dans Tolstoy and the Purple Chair).