Archives de Catégorie: Romans où le livre joue un rôle

Lorsque les mots prennent le pouvoir avec LA VOLEUSE DE LIVRES

Par défaut

La Voleuse de Livres

Markus Zusak

(traduction française par Marie-France Girod, Editions Oh! 2007, Pocket 2008)

 

Devenu best-seller international, ce superbe roman atypique est paru pour la première fois en Australie en 2005. Il relate l’histoire d’une fillette allemande, Liesel Meminger, durant la seconde guerre mondiale. Le narrateur est pour le moins original puisqu’il s’agit de la Mort. En pleine effervescence à cette époque, la Mort croise plusieurs fois la route de Liesel, et elle est attirée – et même « touchée » – par son destin tragique.

Le jeune frère de Liesel meurt d’une vilaine toux dans le train qui les conduit vers leur nouveau foyer d’accueil. Lors de l’enterrement, la fillette vole son premier livre « Le Manuel du Fossoyeur » tombé par hasard sur le sol. Grâce à cet ouvrage, elle apprend à lire avec l’aide bienveillante de son père adoptif, un homme bon et généreux. Dans son village d’accueil près de Munich, elle croise toutes sortes de personnes à jamais marquées par les affres de la guerre, notamment un jeune Juif qui cherche refuge auprès de ses parents d’accueil.

Liesel découvre aussi le pouvoir des mots utilisés à des fins malheureuses – comme le fit Hitler avec sa propagande nazie – mais également à des fins heureuses, lorsque par exemple la lecture de récits parvient à apaiser l’angoisse des réfugiés dans un abri lors des bombardements.

« Bientôt elle fut entourée de mille morceaux de mots. Les mots. Pourquoi fallait-il qu’ils existent?  Sans eux, il n’y aurait rien de tout cela. Sans les mots, le führer ne serait rien. Il n’y aurait pas de prisonnier boitillant. Il n’y aurait pas besoin de consolation et de subterfuge pour les réconforter.« 

Roman bienfaisant ?

Souvenons-nous de la comédie dramatique italienne « La vie est belle » écrite et réalisée par Roberto Benigni en 1997. Ce conte philosophique traitait de la déportation des Juifs durant la seconde guerre mondiale avec une intention de dédramatiser la réalité grâce à la joie de vivre et à l’humour du comédien. Celui-ci prétendait que le germe de l’espoir pouvait se nicher jusque dans l’horreur.

« La Voleuse de Livres »  se présente aussi comme un conte. Toutefois, l’espoir ne trouve pas ses racines dans la joie de vivre et l’humour du protagoniste, mais dans les mots, à condition bien sûr que ceux-ci tombent entre de bonnes mains.

Plongés dans l’ambiance malsaine qui règne partout, en ce compris du côté allemand où se déroule le récit, les personnages sont soumis aux circonstances malveillantes de l’époque :  à la dictature hitlérienne, à la pauvreté et à la famine, à la culpabilité, aux interdictions d’aider les Juifs, au risque de délation, à la méfiance vis-à-vis de la littérature … Toutefois, la générosité et le courage des êtres humains restent  présents malgré la crainte face au régime totalitaire. Rien n’est perdu lorsque l’entraide et l‘altruisme persistent et usent des mots à bon escient…

La guerre entraîne aussi de nombreux décès, celui des fils, époux et pères morts au combat, celui des victimes de bombardements ennemis, celui des persécutés du régime… Mais le récit aborde le thème de la mort sous un angle original, puisque la mort est personnifiée et nous semble dès lors moins démoniaque.

« Je n’ai pas de faux, ni de faucille. 
Je ne porte une robe noire à capuche que lorsqu’il fait froid.
Et je n’ai pas cette tête de squelette que vous semblez prendre plaisir à m’attribuer. Vous voulez savoir à quoi je ressemble vraiment? Je vais vous aider. Allez chercher un miroir pendant que je poursuis.« 

La Mort devient presque une entité sympathique grâce aux mots du récit.

En retour, la Mort reconnaît le pouvoir des mots qui font la magie de cette histoire.

« J’aurais aimé parler à la voleuse de livres de la violence et de la beauté, mais qu’aurais-je pu dire qu’elle ne savait déjà à ce sujet ? J’aurais aimé lui expliquer que je ne cesse de surestimer et de sous-estimer l’espèce humaine, et qu’il est rare que je l’estime tout simplement. J’aurais voulu lui demander comment la même chose pouvait être à la fois si laide et si magnifique, et ses mots et ses histoires si accablants et si étincelants.« 

***

Ci-après la bande-annonce du film américano-allemand réalisé par Brian Percival en 2013 et qui s’inspire de ce roman bouleversant :

Des récits lumineux à prescrire d’urgence

Par défaut

 

 

 

 

 

 

 

 

Jolie libraire dans la lumière

Editions Desclée de Brouwer (2012)

La forêt plénitude

Editions Mijade (2013)

Frank Andriat

Ces deux romans de Frank Andriat soulignent l’influence que peut exercer la lecture sur l’existence d’une personne.

Dans « Jolie libraire dans la lumière » , une jeune libraire tombe par hasard sur un roman relatant dans le détail un événement qui a profondément et douloureusement marqué sa propre histoire personnelle.

« Il lui avait toujours semblé si étrange que, dans un livre, on pût se retrouver, comme en un  miroir déformant, mais aussi révélateur de ce que, de soi, on préfère ignorer ».

Dans « La forêt plénitude »  , une jeune fille de 18 ans reçoit pour son anniversaire un livre qui la bouleverse et lui donne des ailes pour quitter ses proches et vivre seule durant un laps de temps en harmonie avec la nature afin de retrouver de véritables sensations de « plénitude » .

« Un livre, ça peut être tout ou presque rien. Un coup de vent dans la forêt du songe, un tremblement dans notre vie réelle. Il peut modifier la lumière de notre quotidien, la rendre soudain plus vive ou plus ténue. On continue de respirer comme avant et, pourtant, au coeur de nous, une graine pousse, inattendue ».

La puissance de la littérature sur nos vies constitue le fil conducteur de ces deux narrations rédigées d’une plume vraiment agréable à suivre. Le lecteur se retrouve vite plongé dans l’atmosphère enchanteresse de ces deux récits qui ne manquent pas de suspense.

 

Romans bienfaisants ? 

En mettant en lumière la magie de la lecture, Frank Andriat montre combien il peut être vital de faire de temps en temps une pause pour se retrouver et « se réfléchir ».  Le fait de lire contribue à cette retraite, car cela implique d’arrêter le temps pour retrouver une certaine intériorité et s’ouvrir à celle d’autrui, en l’occurrence celle proposée par l’auteur.

Un tel acte permet ensuite de reprendre le cours de son existence avec un nouvel entrain et une autre façon d’appréhender les choses.

Pour la « Jolie libraire dans la lumière » , un livre fait éclater les peaux mortes d’un tragédie refoulée. Et c’est grâce à un livre que la protagoniste de « La forêt plénitude » souhaite se réfugier dans une retraite qui lui apportera son lot de réponses inattendues.

J’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteur belge Frank Andriat. Il a écrit de nombreux romans pour adultes et adolescents. Ses écrits, que je qualifierais de lumineux, décortiquent les sentiments humains et permettent au lecteur de s’y retrouver comme dans un miroir. Les options proposées apportent réconfort et bien-être à l’âme.

Le roman qu’il a récemment publié, « Le bonheur est une valise légère » , fera certainement l’objet d’une prochaine chronique sur ce blog.

 

Les lectures qui parlent de livres

Par défaut

La bibliothèque des coeurs cabossés

de Katarina Bivald (traduction Carine Bruy)

Editeurs : Denoël (2015), Audiolib (2015), J’ai Lu (2016)

Après de longs échanges de lettres autour d’une même passion  – la littérature – Sara, une jeune Suédoise introvertie, décide de rendre visite à sa correspondante Amy, qui est âgée et habite une petite ville de l’Iowa aux USA, Broken Wheel.

Mais lorsque Sara débarque dans cette bourgade, elle apprend le décès de son amie. Aidée par les habitants qui connaissaient et appréciaient Amy, la jeune femme ouvre une librairie pour transmettre à ceux-ci le goût de la lecture et des livres. Un nouveau souffle se répand dans la communauté…

Cette histoire plaisante et agréable à lire ravira les adeptes de romans « feel good » ou romans « chick lit » .

Il faut toutefois l’avouer : le récit ne marque pas vraiment les esprits et n’ébranle pas nos sentiments comme certains peuvent le faire.

Alors, qu’est-ce qui rend ce roman attachant et digne de figurer parmi les oeuvres de littérature bienfaisante ?

La réponse est cette passion pour la lecture soulignée par de très nombreuses références littéraires et qui transparaît tout au long de l’histoire. L’auteur, elle-même libraire, souhaite communiquer à ses lecteurs son amour des livres en lui attribuant le rôle du thème central de son premier roman.

 

« Les livres sont fantastiques et prennent sans doute toute leur valeur dans un chalet au fond de la forêt, mais quel plaisir y a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes, en parler et le citer à tout bout de champ ? »

« Tu sens? L’odeur des livres neufs. Des aventures pas encore lues. Des amis dont on n’a pas encore fait la connaissance, des heures d’escapade hors de la réalité qui attendent. »

« Il y a toujours un lecteur pour chaque livre. Et un livre pour chaque lecteur.« 

De plus en plus de romans mettent la lecture au centre de leur thématique. Ce faisant, le livre, la librairie, la bibliothèque endossent un rôle au sein même de l’histoire. Ces récits ne remplissent pas toujours une fonction cathartique comme le font les romans bienfaisants. Ils mettent tout simplement un point d’honneur à nous rappeler que la lecture est une amie qui peut nous aider à traverser les épreuves de la vie et du quotidien.

Je vais donc leur consacrer une catégorie spéciale que j’intitule : « Romans où le livre joue un rôle« .

 

Lepelletier_GrandirAutrement66