LA DIFFERENCE QUI TUE « Le Parfum » de Patrick Süskind

Par défaut

« Le Parfum » de Patrick Süskind

Dans la catégorie des romans classiques pouvant s’avérer bienfaisants, je n’hésite pas à vous parler de l’oeuvre littéraire écrite par l’écrivain et scénariste allemand Patrick Süskind en 1985 sous le titre  « Das Parfum, Die Geschichte eines Mörders ». Le roman qui connut un succès international fut traduit en français par Bernard Lortholary en 1986. Il fut également adapté au cinéma en 2006.

Ce récit poignant relate la vie d’un personnage pour le moins « différent » des autres.  Né au 18ème siècle dans une ruelle de Paris, sous un étal de poissons,  « à l’endroit le plus puant de tout le royaume« ,  Jean-Baptiste Grenouille n’est pas un enfant désiré ni aimé,…c’est aussi un être sans odeur…. Paradoxalement, il dispose d’un don exceptionnel, un sens olfactif particulièrement développé qu’il va vouloir maîtriser à la perfection pour devenir le Dieu tout-puissant de l’univers, car

« Qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes« ….

Cette histoire inoubliable et par moment assez cocasse exerce une fascination  morbide sur le lecteur. On finit par s’attacher au destin du protagoniste, et ceci malgré les atrocités et meurtres commis par ce dernier pour s’emparer des effluves humaines les plus suaves et produire des parfums ensorcelants.

« Il tenait dans le creux de sa main un pouvoir plus fort que les pouvoirs de l’argent, ou que le pouvoir de la terreur, ou que le pouvoir de la mort : le pouvoir invincible d’inspirer l’amour aux hommes »

On retiendra surtout ici que l’être esseulé qu’est Jean-Baptiste Grenouille a développé un côté monstrueux en raison de sa différence et de son besoin inassouvi de reconnaissance et d’amour. On ne manquera donc pas de se poser la question « N’aurait-il pas agi autrement s’il avait été accepté et aimé par ses prochains ? »

J’ajoute enfin que si ce roman incite à plus de tolérance vis-à-vis de la différence chez autrui et évite ainsi de tragiques dérives, alors il figure certainement en bonne position au palmarès des ouvrages bienfaisants…

Publicités

"

  1. Pingback: Romans à EVITER ? durant la période estivale | Lire pour guérir

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s