Sur le DEUIL « Rose » de Tatiana de Rosnay

Par défaut

« Rose » de Tatiana de Rosnay paru aux éditions Héloïse d’Ormesson, en format poche chez « Le livre de poche », mais également sous format audio comme représenté ci-contre et lu par Nathalie Hons

Personnellement, j’ai « écouté » ce roman épistolaire qui m’a beaucoup émue (bien que je ne sois pas une Parisienne) et dont le récit se déroule durant le second empire (durant la seconde moitié du 19ème siècle) alors que le baron Hausmann entreprend de gigantesques travaux de réaménagement de la capitale française.
La narratrice, Rose, écrit à feu son mari des lettres dans lesquelles elle lui relate ses impressions et son vécu après la disparition de ce dernier et face aux travaux entrepris par le baron Hausmann . Non seulement, Rose doit faire le deuil du Paris de sa jeunesse, de la maison familiale de son mari condamnée à disparaître et qu’elle s’est engagée à défendre corps et âme, mais Rose doit également faire le deuil de personnes tant chéries  parmi lesquelles son époux et un petit garçon.

Rose raconte à son mari comment deux personnes de son entourage lui ont redonné goût à la vie, notamment par les fleurs et par les livres.

Ici encore la lecture reste un garant de bien-être. Voici quelques citations extraites de ce roman :

« J’étais animée d’une faim nouvelle, et certains jours, j’étais véritablement vorace. Le besoin de lire s’emparait de moi exerçait sa délicieuse et grisante emprise. Plus je lisais, plus j’avais faim. »

« En tant que lecteur, il faut faire confiance à l’auteur, au poète. Ils savent comment s’y prendre pour nous extirper de notre vie ordinaire et nous envoyer tanguer dans un autre monde dont nous n’avions même pas soupçonné l’existence. C’est ce que font les auteurs de talent. »

« Le livre m’attendait sur la petite table devant le fauteuil et je me ruais dessus. Expliquer ce que j’éprouvais en lisant me paraît difficile, mais je vais m’y efforcer. Vous, grand lecteur, devriez me comprendre. C’était comme si je me trouvais en un lieu où nul ne pouvait me troubler, m’atteindre. Je devenais insensible aux bruits autour de moi. »

Ecrit dans un langage qui fait référence à cette époque, « Rose » de Tatiana de Rosnay prend le lecteur par les sentiments et démontre comment une dame a fait face à diverses épreuves de la vie, à commencer par la disparition des êtres qui lui sont chers jusqu’à la disparition quasi totale de son paysage quotidien et finalement la perte de tous les repères de sa vie. Un deuil total !

À propos de Nathalie Cailteux

Philologue passionnée par la littérature et les effets positifs de celle-ci sur le moral. A l'écoute de vos problèmes, je vous propose de surmonter vos difficultés grâce à la lecture de romans. - www.lirepourguerir.com  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Philologist with a passionate interest in literature and its positive effects on well-being, I recommand you the reading of novels to ease your pain and overcome difficulties of life. www.readtoheal.wordpress.com  //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////   Contactez-moi sur / Please contact me via deslivrespourguerir@gmail.com

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.