Prenons soin de notre liberté !

Par défaut

« La servante écarlate »

Margaret Atwood

Traduction française par Sylviane Rue (The Handmaid’s Tale)

Publié en 1985 et traduit en français en 1987

Editions Robert Laffont (2017)

 

Ce récit dystopique se déroule dans un pays totalitaire (autrefois les Etats-Unis d’Amérique) où la religion domine la politique et où les femmes sont divisées en cinq classes : les Epouses d’hommes appartenant aux instances dirigeantes (classe dominante), les Marthas qui entretiennent les foyers, les Ouvrières, les Tantes qui forment les Servantes et enfin les Servantes Ecarlates, seules femmes encore capables de procréer dans un monde où la pollution a réduit le taux de natalité de façon catastrophique.

Ces servantes portent des vêtements rouges, ainsi qu’un prénom se composant du nom de l’homme qui est tenu de les féconder en présence de sa propre épouse lors des journées fertiles. Les punitions et les exécutions publiques vis-à-vis des rebelles sont légion au sein de cette dictature. Pour ne pas sombrer, la protagoniste principale du récit, qui est une servante écarlate, se réfugie dans les souvenirs d’un passé qui ressemble à notre présent.

L’histoire de Margaret Atwood a reçu plusieurs récompenses et a été adaptée au cinéma dans un film americano-allemand réalisé par Volker Schlöndorff en 1990, et récemment dans une série américaine réalisée en 2017 dont la troisième saison est en cours de préparation.

Thèmes abordés :

  • asservissement des femmes
  • suppression de la liberté d’expression, de croyance, de plaisir, bref de la liberté tout court
  • vision écologique

Au vu des actualités, ainsi que des avertissements lancés par la nature, le monde décrit par la romancière n’est plus un futur improbable. Ce n’est donc pas un hasard non plus que le roman publié en 1985 réapparaisse maintenant sur le devant de la scène avec la série américaine éponyme.

Auteur :

La romancière canadienne Margaret Atwood est née à Ottawa en 1939 et nous prenons plaisir à écouter son interview dans l’émission canadienne ci-après du 12 novembre 2017

 

 

Roman bienfaisant ?

Ce récit suscite très certainement des questions sur notre avenir et sur celui de nos enfants. Il est bienfaisant dans le sens où il pointe le doigts sur ce que nous devons à tout prix préserver et protéger : notre liberté et celle d’autrui, et bien sûr notre environnement naturel.

Se plonger dans une telle lecture, c’est aussi relativiser nos petits soucis quotidiens en nous disant que : nous avons encore la chance de pouvoir choisir, de pouvoir travailler, de pouvoir aimer…

 

 

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.