Archives de Tag: Bakhita; Véronique Olmi; résilience; roman pour relativiser

RELATIVISEZ vos soucis en LISANT ce récit poignant…

Par défaut

BAKHITA de Véronique Olmi

Editions Albin Michel, 2017

Prix du Roman Fnac 2017 – Grand Prix des blogueurs littéraires 2017

 

Véronique Olmi dresse une poignante biographie de cette personne énigmatique née en 1869 dans la province du Darfour au Soudan et qui fut enlevée et torturée dans son enfance pour approvisionner les réseaux d’esclaves. Après des années de souffrance, son destin la conduit par chance entre les mains d’un consul italien qui l’emmène avec lui dans la province de Venise. D’esclave, elle devient domestique pour finalement demander à entrer dans les ordres chez les religieuses canossiennes. Son parcours atypique et sa couleur de peau feront d’elle un emblème de propagande pour servir la grandeur de l’Italie au début du 20e siècle.

Elle sera béatifiée en 1992 et canonisée par Jean-Paul II en 2000.

La première partie du récit décrit le terrible parcours de cette enfant du Darfour à qui les mauvais traitements ont fait oublier son véritable prénom. Elle n’aura de cesse de retrouver les siens, ce qui l’aidera à survivre au pire.

La seconde partie est dédiée à sa vie en Italie, aux conflits intérieurs et extérieurs qu’elle devra affronter pour entrer dans la vie religieuse et s’y conformer.

Roman bienfaisant ?

Raconter la vie d’une personne sous forme de roman est selon moi la meilleure façon d’imprégner la mémoire des gens. Sans doute peu de lecteurs avaient-ils une connaissance préalable de l’histoire tragique de cette religieuse noire. Grâce au roman de Véronique Olmi, grâce aussi à sa plume qui tient le lecteur en haleine, nous découvrons les affres d’une destinée dont le début ressemble à un véritable cauchemar.

Et si le sort a été clément envers Bakhita à un moment donné de sa vie, ce ne fut hélas pas le cas pour un grand nombre d’autres enfants ou adultes voués à l’esclavage et dont l’auteure nous évoque une partie des tourments.

Une telle lecture permet donc de relativiser ses propres soucis personnels et d’apprécier le haut degré de résilience de Bakhita face aux violentes épreuves qui ont marqué ses premières années et qui ne l’ont toutefois pas empêchée de s’ouvrir à autrui.

Ci-après, je vous invite à écouter une interview de la romancière Véronique Olmi lors de l’émission « La Grande Librairie » du 6 octobre 2017.

Elle y parle de son roman qui fut non sans raison couronné de succès et applaudi par les blogueurs littéraires…