ROMAN BONBON : « Les Fidélités Successives » de Nicolas d’Estienne d’Orves

Par défaut

« Les Fidélités Successives » de Nicolas d’Estienne d’Orves

Ce roman figure au sommet de la liste des ouvrages qui m’ont donné le plus de plaisir cette année…

L’auteur, Nicolas d’Estienne d’Orves, réalise un mélange subtil entre fiction et grande Histoire pour nous amener à comprendre que la réalité n’est jamais ni tout à fait blanche ni tout à fait noire et qu’il est toujours difficile de juger selon les apparences.

Le lecteur suit le parcours d’un jeune homme issu d’une île imaginaire – l’île de Malderney – qui ressemble pourtant à une île anglo-normande bien réelle proche de Guernesey. A la suite de certains aléas sentimentaux (dont je ne vais rien vous dévoiler pour ménager le suspense), le protagoniste se retrouve au milieu du Paris occupé durant la seconde guerre mondiale. Partagé entre ses amitiés, ses amours, sa famille, il oscillera dangereusement entre le camp des collaborateurs du régime nazi et celui des résistants.

« J’étais trop ambigu pour mon époque, trop inclassable. La France aime les cadres et les cases. Sortez du carcan bon-méchant, blanc-noir, affront-vengeance, et l’on vous regarde avec méfiance, comme si vous étiez plus dangereux qu’un assassin. C’est là une maladie très française, ce besoin cartésien de mettre des étiquettes, d’inventorier, de trouver une logique. Il n’y a pourtant aucune logique dans ma vie. Juste un destin. Le destin d’un homme à cheval entre deux cultures, deux mondes, deux pays, deux rives, deux aspirations, deux familles d’esprit, deux rêves de gloire, deux amours. »

En mai, je n’ai pas hésité à voter pour ce roman dans le cadre du Prix des Lecteurs du Livre de Poche. Mes commentaires publiés à ce sujet étaient comme suit :

« Les fidélités successives » de Nicolas d’Estienne d’Orves font partie de ces œuvres où la fiction permet à la grande Histoire d’abandonner ses teintes grises pour se colorer d’une perspective de compréhension plus large et variée. Dans cette grande fresque qui prend sa source sur une île anglo-normande à demi réelle, l’auteur pose un cadre historique – celui de l’occupation dans la capitale française – au cœur duquel il fait revivre d’authentiques personnages comme Cocteau, Marais, Céline, Rebatet, Bresillach. Mais il y introduit aussi une romance portée par des protagonistes fictifs dont la complexité des sentiments et l’introspection psychologique proposent un regard original sur des faits de collaboration et de résistance durant l’une des périodes les plus sombres de l’histoire du 20ème siècle. Si « la fiction dit ce que l’histoire tait » (cfr Francis Affergan), elle peut aussi lui redonner vie par le biais des sentiments qu’elle suscite auprès du lecteur. Voilà pourquoi le tandem histoire/fiction fonctionne à merveille dans ce récit palpitant qui oscille entre réalité et imaginaire, ombre et lumière. »

 

Vous trouverez cet article dans le document ci-joint qui reprend tous les articles choisis par le département marketing du Livre de Poche, pour la partie littérature du mois de mai PDL 2014 COMMENTAIRES MAI LITTERATURE

Lauréat pour la sélection du mois de mai, « Les Fidélités Successives » de Nicolas d’Estienne d’Orves s’est retrouvé parmi les 7 romans finalistes à départager pour le Grand Prix des Lecteurs 2014, section littérature.

 

Les qualités de cet ouvrage dans le cadre d’une séance de bibliocoaching:

  • il permet de s’évader de son quotidien pour pénétrer au coeur d’une fiction qui nous tient en haleine, ceci tout au long de ses 800 pages
  • grâce à la romance qui s’y déploie, ce récit apporte des couleurs et des émotions à l’Histoire de nos pays durant cette sombre période, ce qui facilite la compréhension et l’aptitude à saisir certains comportements
  • enfin il nous apprend à mieux connaître certains personnages bien réels (Cocteau, Marais, Céline, Rebatet, Bresillach) que l’on retrouve ici avec plaisir mêlés de manière réaliste et possible à ce récit fictif

 

Bref, « Les Fidélités Successives » comporte trois atouts importants : évasion, réflexion/compréhension et connaissance historique. Qu’espérer mieux ?

 

 

 

 

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.