Hymne à la liberté « Jonathan Livingston le goéland » de Richard Bach

Par défaut

« Jonathan Livingston le goéland » de Richard Bach

Ce roman initiatique paru en version anglaise en 1970, fut traduit en français par Pierre Clostermann en 1973 aux éditions Flammarion. On peut aussi le trouver en format poche aux éditions J’ai Lu.

Véritable conte métaphorique et initiatique, ce joli récit fait l’apologie de la liberté et  du dépassement de soi pour atteindre la voie de l’épanouissement et du bonheur. Il est  souvent recommandé par les formateurs en développement personnel.

L’histoire nous parle d’un goéland qui se différencie de sa communauté parce qu’il a envie d’améliorer ses capacités de vol, alors que ses congénères utilisent uniquement leurs ailes dans le but de se nourrir. Son attitude scandalise et l’exclut de son clan, mais cela lui donnera l’occasion de découvrir d’autres horizons et de faire de nouvelles rencontres qui lui permettront d’aller au bout de ses passions et de son être.

La sagesse qui émane de ce petit roman nous interpelle…

Le paradis n’est pas un espace et ce n’est pas non plus une durée dans le temps. Le paradis c’est simplement d’être soi-même parfait

Il parla de choses fort simples, disant qu’il appartenait à un goéland de voler, que la liberté est dans la nature même de son être, que tout ce qui entrave cette liberté doit être rejeté, qu’il s’agisse d’un rite, d’une superstition ou d’un quelconque interdit.

« Votre corps, d’une extrémité d’aile à l’autre, disait parfois Jonathan, n’existe que dans votre pensée, qui lui donne une forme palpable. Brisez les chaînes de vos pensées et vous briserez aussi les chaînes qui retiennent votre corps prisonnier…”

Jonathan le Goéland comprit que l’ennui, la peur et la colère sont les raisons pour lesquelles la vie des goélands est si brève et, comme il les avait chassés de ses pensées, il vivait pleinement une existence prolongée et belle.

Il faut t’efforcer de voir le Goéland véritable – celui qui est bon – en chacun de tes semblables et l’aider à le découvrir en lui-même. C’est là ce que j’entends par amour.

Voici un lien pour illustrer en musique et en vidéo ce conte qui est devenu un classique du genre :

▶ Neil Diamond – Jonathan Livingston Goeland – Vidéo Dailymotion.

 

Pour marquer ce début de septembre, et donc cette nouvelle année scolaire 2014-2015, je me suis lancé un nouveau défi : écrire une fois par mois une chronique d’une oeuvre littéraire dite « classique » qui aurait des qualités  » bienfaisantes »… ceci pour répondre à certaines demandes en ce sens…

Le goéland de Richard Bach inaugure donc les débuts de ce nouveau défi….

Chers lecteurs ou lectrices de ce blog, si vous avez des témoignages de classiques littéraires bienfaisants, n’hésitez pas à m’en faire part !

 

 

Publicités

"

  1. Pingback: Livre-réconfort sur le cancer du sein « La mélodie des jours  de Lorraine Fouchet | «Lire pour guérir

  2. Pingback: Sélection de romans bienfaisants pour l’été | Lire pour guérir

  3. Pingback: Romans à EVITER ? durant la période estivale | Lire pour guérir

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s