« CENT ANS DE SOLITUDE » de Gabriel Garcia Marquez

Par défaut

« CENT ANS DE SOLITUDE » de Gabriel Garcia Marquez

Publié en langue espagnole en 1967, ce volumineux roman latino-américain figure au palmarès des chefs-d’oeuvre de la littérature universelle.

L’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez y relate l’histoire de la famille Buendia sur sept générations au sein d’un village imaginaire, Macondo. Celui-ci est décrit comme se situant dans les Caraïbes colombiennes, une région bien connue par l’auteur.

La famille Buendia traverse des événements qui ont marqué l’histoire de la Colombie entre la moitié du 19ème siècle et la moitié du 20ème siècle (guerres civiles, bouleversements économiques et sociaux). Toutefois le récit de cette famille, ainsi que celui de leur village s’accompagne de phénomènes fantastiques et imaginaires qui habitent de façon naturelle le quotidien  : fantômes du passé, personnages qui dépassent les cent ans d’âge, inventions magiques, maladies invraisemblables, lévitations, malédiction etc.

Cette approche à la fois singulière et esthétique de la réalité caractérise un nouveau genre littéraire, le « réalisme magique »  dont l’oeuvre de Gabriel Garcia Marquez est devenue l’un des fers de lance.

Thème de la solitude :

La famille Buendia est frappée par une malédiction qui la condamne à cent ans de solitude… la propension à la solitude qui caractérise les membres de cette famille est évidente et la plume de l’auteur ne cesse de nous le rappeler…

« …le seul trait commun qu’ils conservèrent fut cet air de solitude qu’ils tenaient de famille.« 

Le caractère cyclique et répétitif qui imprègne toute l’histoire ( l’un des signes les plus visibles étant la répétition continuelle des mêmes prénoms de génération en génération) confère au récit cette impression d’irréversibilité de l’existence humaine marquée par la solitude des êtres et leur propension à toujours renouveler les mêmes erreurs.

Est-ce à dire que ce roman nous révèle la plus grande tragédie de l’homme, à savoir le fait qu’il poursuit toujours son existence dans la solitude, entouré par d’autres solitudes ?

 Roman classique bienfaisant ?

J’avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans cette histoire, même si les mérites d’écriture et d’originalité me paraissent évidents. Au départ, il me semblait difficile de s’identifier aux protagonistes pour finalement s’attacher à leur sort. Et puis tout doucement, j’ai laissé tomber mes premières résistances et je me suis véritablement laissée happer par cette plume originale qui guide le lecteur au coeur de la comédie humaine telle que Gabriel Garcia Marquez a voulu nous la décrire.

Alors oui, il s’agit d’un roman bienfaisant, car il aborde le thème de l’humain dans sa quintessence, c’est-à-dire au coeur même de sa solitude parmi les siens. Et finalement, il semble que seul l’amour puisse l’aider à fuir ce sentiment et peut-être l’en délivrer….

Publicités

"

  1. Pingback: Romans à EVITER ? durant la période estivale | Lire pour guérir

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s