« Les vieux ne pleurent jamais » de Céline Curiol

Par défaut

img_6352

« Les vieux ne pleurent jamais » de Céline Curiol

Editions Actes Sud, janvier 2016

Retraitée et veuve, la septuagénaire Judith Hogen tombe par hasard sur une photo qui lui rappelle des liens familiaux  brisés voici plus de cinquante ans. A cette époque, elle avait quitté la France pour rejoindre et s’installer aux Etats-Unis d’Amérique.

Son désir de retourner sur sa terre natale et de retrouver un frère avec lequel elle a perdu tout contact prendra forme après un petit voyage organisé dans lequel l’entraîne Janet, une pimpante voisine de son âge .

La première partie du récit décrit l’excursion de personnes retraitées sous la tutelle d’une femme autoritaire plus jeune. Elle est relatée par la narratrice avec un réalisme attachant teinté d’humour ou d’ironie selon le cas. C’est l’occasion pour Judith de se poser des questions sur le statut et le regard porté par la société envers les personnes du troisième âge …

« Etions-nous déjà devenus gâteux pour que l’on nous infantilise ou était-ce le monde qui nous forçait, par sa mésestime, à nous comporter de la sorte ?« 

sur son apparence, sur ses relations avec autrui, sur la perspective de nouvelles rencontres amicales ou amoureuses…

« Nous n’avions plus assez de perspectives d’avenir, plus assez de temps justement, et avions perdu la conviction ingénue que toute nouvelle relation apporte son pesant de découvertes. … Au mieux pouvions-nous espérer devenir des connaissances, qui ne laisseraient qu’une vague trace dans nos mémoires. Dans ces conditions, valait-il vraiment la peine de se « mêler » à quiconque ?« 

La seconde partie du roman aborde le voyage de Judith en France où elle espère renouer un contact avec quelques personnes qui ont marqué sa jeunesse. Ce récit se termine sur l’explication des raisons pour lesquelles elle avait rompu de façon définitive tout contact familial à un certain moment de sa vie.

Roman bienfaisant ?

Il s’agit d’un ouvrage bienfaisant dans le sens où l’auteur aborde sans réserve le thème de la vieillesse dans notre société, la façon dont les personnes du troisième âge se perçoivent et sont perçues par la société.  Comme la narration est justement prêtée à une septuagénaire, le ton est intime et reflète les pensées, les émotions, les remords d’une femme qui se tient au crépuscule de sa vie et s’interroge sur la pertinence d’un avenir et la permanence des souvenirs et des liens qui unissent les êtres.

Pour finir, je vous livre ici un interview de l’auteur Céline Curiol au sujet de son roman :

 

 

Publicités

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s