Difficile de parler du sentiment amoureux

Par défaut

« Le dernier amour d’Attila Kiss » de Julia Kerninon

Editions du Rouergue, 2016

« Le Meilleur des amis » de Sean Rose

Editions Actes Sud, 2017

 

Finalistes du Prix Horizon 2008 récompensant tous les deux ans le meilleur second roman d’un jeune auteur, « Le dernier amour d’Attila Kiss » de Julia Kerninon et « Le Meilleur des amis » de Sean Rose décortiquent tous les deux le thème de l’amour avec force ellipses qui révèlent la qualité flottante et le caractère difficilement descriptible des émotions amoureuses.

Julia Kerninon dévoile les balbutiements d’un rapport amoureux entre un homme d’une cinquantaine d’années issu d’un milieu pauvre de Hongrie et une jeune Autrichienne, fille d’aristocrate. L’auteur évoque l’art de l’amour comme un art de guerre où les parties dévoilent peu à peu leurs stratégies . En toile de fond se démarquent les différences sociales (riche – pauvre) et les différences culturelles (Autriche-Hongrie) qui séparent les protagonistes.

Les différences culturelles apparaissent aussi dans « Le Meilleur des amis », car le narrateur est de mère asiatique et exilée. D’une certaine façon, il trouve le réconfort de sa différence dans l’amitié, et ensuite dans l’amour qu’il entretient avec la promise de son meilleur ami. Amitié, amour et trahison rythment ce récit dont le point de départ est un rendez-vous tardif dans un château bordelais où affluent les souvenirs qui en construisent petit à petit la trame.

 

Romans bienfaisants ?

Le printemps qui nous arrive enfin se décline comme la saison des amours...

Bien que le sentiment amoureux reste difficile à raconter, force est de constater que ces deux auteurs parviennent, chacun avec leur talent propre, à nous en décrire des aspects familiers.

Sean Rose met en scène un décor qui fluctue dans l’espace et dans le temps comme une métaphore des vibrations amoureuses et sentimentales qui traversent l’existence.

La toile de fond historique entre l’Autriche et la Hongrie tissée par Julia Kerninon est prétexte à décrire l’ambivalence de toute relation intime qui se construit.

 

 

 

Ces histoires courtes et magnifiquement tournées mettent des mots sur des émotions amoureuses souvent difficiles à comprendre, à décrire, à vivre. Le décryptage et la reconnaissance de tels sentiments procèdent du caractère bienfaisant de ces lectures.

 

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.