Prêt(e) pour le changement ?

Par défaut

La vie en mieux de Anna Gavalda

La vie en mieux

 de Anna Gavalda

(Editions Le Dilettante, 2014, Audiolib, 2014, J’ai Lu, 2015)

Les deux nouvelles de ce recueil ressemblent à une ode au changement de vie. La plume vivante de la romancière française Anna Gavalda crée directement un lien d’empathie – ou du moins de bienveillance –  avec les protagonistes en proie au questionnement existentiel si caractéristique de notre époque. Ceci étant, la littérature regorge de récits où le thème du changement est évoqué.

Deux courtes histoires :

Dans l’ouvrage de Anna Gavalda, deux jeunes gens, Mathilde et Yann, connaissent des parcours de vie médiocre et sans grande saveur. Un événement assez anodin, lié à une rencontre, les bouscule et les incite à opter pour un autre chemin plus épanouissant. Chacun de leur côté, les protagonistes se remettent en question et décident de tout changer, préférant « se tromper de vie plutôt que de n’en vivre aucune ».

Thème récurrent en littérature : changer de vie

Qu’il soit forcé ou choisi, qu’il se déroule dans la sphère privée ou professionnelle, le changement de vie constitue un sujet de prédilection pour les auteurs de fictions ou d’ouvrages de développement personnel.

Pourquoi un tel engouement pour ce thème ?

Nous sommes tous des êtres de projet, souvent en demande et rarement en adéquation avec notre propre situation. L’envie est une caractéristique propre à l’être humain : c’est ce qui le fait bouger et c’est ce qui fait avancer le monde dans lequel il habite.

Littérature classique : l’ascension sociale et l’idéal romantique comme moteurs de changement

L’attrait pour la richesse et la reconnaissance sociale est un moteur prédominant du changement dans la littérature classique :

Dans « Le rouge et le noir » de Stendhal, Julien Sorel tente de s’élever au-dessus de la condition sociale de ses parents charpentiers.

Dans « Martin Eden » de Jack London, les motivations de réussite sociale de Martin sont similaires.

Ce désir de changement est aussi intimement lié à un idéal sentimental. Mais le prix à payer reste souvent désastreux. Ces deux fresques littéraires montrent que le changement de vie souhaité aura le mérite d’aboutir à une meilleure connaissance de soi, ainsi qu’à une estimation toute relative de l’importance accordée à la richesse et à la réussite sociale.

Dans  « Madame Bovary » de Gustave Flaubert, le désir de changement qui parasite la vie d’Emma Bovary vient en grande partie de ses lectures qui la noient dans un idéal romantique illusoire. On connaît la fin tragique qui en découle…

Que disent les fictions contemporaines à propos du changement ?

Les multiples ouvrages de développement personnel montrent à quel point la quête de bonheur et d’épanouissement personnel est devenue l’objectif essentiel de toute existence. Les enjeux des siècles précédents ont évolué, et avec eux, les codes sociaux qui en découlent. Nous ne vivons plus dans une société où franchir les barrières entre les classes sociales constitue un exploit héroïque et séduisant.

Aujourd’hui, les chaînes de l’existence sont différentes et les questions sur le changement le sont tout autant : une femme peut-elle faire carrière en renonçant à sa place dans la famille ? un cadre avec un bon salaire peut-il décider de tout plaquer pour se lancer dans une expédition écologique ou humanitaire ? peut-on troquer une carrière de salarié réconfortante contre une carrière d’artiste sans garantie de sécurité ? un homme ou une femme peuvent-ils décider de renoncer au confort d’une première vie conjugale pour revenir à une vie de célibat ?

Ces questions sont soulevées dans certains romans, parfois même dans des thrillers pour lesquels le changement de vie constitue un véritable ressort narratif. Il s’agit avant tout de retrouver ses propres valeurs, son propre moi, indépendamment des critères « raisonnables et sensés » qui exhortent à l’immobilité.

Dans  « La femme qui fuit » de Anaïs Barbeau-Lavalette, l’auteur trace le portrait de sa grand-mère qui a abandonné ses deux enfants pour suivre sa propre voie.

Dans « Demain il fera beau » de Céline Rouillé, une femme de quarante ans décide d’ouvrir un gîte en Normandie et doit surmonter plusieurs obstacles parmi lesquels la décision de son mari de ne pas la suivre dans son nouveau projet.

Dans « Eldorado » de Laurent Gaudé, le thème des migrants est abordé avec celui de la quête d’un rêve au péril de la vie. Un surveillant des côtes optera pour un changement afin de venir en aide à ces migrants.

Dans « L’homme qui voulait vivre sa vie » de Douglas Kennedy, le protagoniste est un homme apparemment comblé, pourtant il se sent l’imposteur de sa vie, et profite d’un coup du destin pour changer d’identité et réaliser un rêve de jeunesse en devenant photographe.

Dans « Hector veut changer de vie » de François Lelord, le psychiatre Hector – que l’on retrouve dans d’autres romans de la même série –  est confronté à des patients qui veulent tous changer de vie. Lui-même ne se pose-t-il pas les mêmes questions ?

Dans  « J’ai fait un voeu » de Allison Morgan, la narratrice frôle la mort et décide de réaliser ses rêves d’enfance, même si cela implique de renoncer à sa vie « parfaite » actuelle.

Dans « Demain est un autre jour » de Lori Nelson Spielman, la protagoniste retrouve la liste de ses souhaits énumérés à l’âge de 14 ans et se voit contrainte de les réaliser pour obtenir la part d’héritage que lui lègue sa mère

Cette série de romans sur le changement est loin d’être exhaustive, il existe beaucoup d’ouvrages qui évoquent ce sujet, parmi lesquels une grande majorité de fictions feel-good, ainsi que des livres de développement personnel que je n’ai pas cités ici. Le lecteur en quête de réponses trouvera sans nul doute un réconfort dans l’un de ces récits.

Il est à noter que le moteur du changement vient souvent d’une impulsion extérieure ou d’un événement marquant (un deuil, un choc émotionnel), sorte de secousse qui met le pied à l’étrier de la personne désireuse de ne pas continuer sur une route toute tracée.

Changer fait peur et constitue un processus douloureux, semé d’embûches. Mais si la vie était simple, cela se saurait, n’est-ce pas ?

En guise de conclusion, je vous invite à regarder une petite vidéo sur Caroline Vigneaux qui a arrêté sa carrière d’avocate pour devenir humoriste. Dans une interview du 13 juin 2017, elle concède que sur son lit de mort, elle préférerait se dire qu’elle a fait une connerie en changeant de métier, plutôt que se demander ce qu’aurait été sa vie, si elle avait osé le changement….

 

 

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.