La solitude du génie : « Martin Eden » de Jack London

Par défaut

« Martin Eden » de Jack London

Un classique indémodable qui parle d’amour et de différence, celle-ci faisant souvent obstacle à celui-là.

Martin Eden est né dans les bas-fonds d’Oakland aux Etats-Unis vers le début du XXème siècle. Doté d’une force physique à toute épreuve, il a gagné son pain en parcourant les mers comme matelot. Un jour, il fait la connaissance de Ruth, une jeune fille de la bourgeoisie. Il s’éprend de tout ce qu’elle représente à ses yeux : la beauté, la richesse et l’amour. Dans l’espoir de la conquérir un jour, il veut acquérir tous les codes de la bienséance et surtout se cultiver pour atteindre le niveau de cette classe sociale qu’il idéalise.

Autodidacte, il se jette alors à corps perdu dans la lecture d’ouvrages en tous genres. Son génie intellectuel – qu’il  découvrira au fil de son apprentissage – s’enivre peu à peu de littérature et de poésie. Tout en délaissant les offres de travail qui se présentent à lui, il passe nuits et jours à lire et à écrire. Personne ne croit en son talent, y compris Ruth. Le monde des riches et des pseudo-intellectuels qu’il idéalisait finit par le désenchanter. Un jour pourtant, le succès arrive…

***

Il existe beaucoup de similarités entre la vie de Martin Eden et celle de l’auteur Jack London, notamment la passion littéraire, l’esprit autodidacte et l’envie de grimper les échelons de la hiérarchie sociale.

Plusieurs d’entre vous avaient déjà évoqué ce livre comme un ouvrage littéraire bienfaisant et je suis heureuse d’avoir enfin eu l’occasion de le lire.

Ce roman évoque d’une part  le plaisir fou – et par conséquent les bienfaits – que procure la littérature

« Il lança un regard vers son ami qui lisait toujours sa lettre et vit les livres sur la table. Dans ses yeux s’alluma une convoitise ardente, semblable à celle d’un homme mourant de faim, à la vue d’un morceau de pain ».

« La poésie, toutefois, était sa grande consolatrice… »

« Ce que j’ai lu était épatant. C’était lumineux, brillant et ça m’a traversé, ça m’a chauffé comme le soleil et éclairé comme un projecteur. Voilà l’effet que ça m’a fait… »

mais d’autre part, également le désenchantement face à la société qui reste figée dans ses préjugés sociaux et est incapable de reconnaître et d’apprécier une pensée originale.

« Elle avait une de ces mentalités comme il y en a tant, qui sont persuadées que leurs croyances, leurs sentiments et leurs opinions sont les seules bonnes et que les gens qui pensent différemment ne sont que des malheureux dignes de pitié. C’est cette même mentalité qui de nos jours produit le missionnaire qui s’en va au bout du  monde pour substituer son propre Dieu aux autres dieux. A Ruth, elle donnait le désir de former cet homme d’une essence différente, à l’image de banalités qui l’entouraient et lui ressemblaient. »

Roman bienfaisant ?

L’auteur décrit avec énormément de talent le détail des attitudes et cogitations de son protagoniste qui en disent long sur sa pensée intime, son engouement, son désespoir et finalement sa totale désillusion.

« Telles étaient les réflexions de Martin. Il en vint à se demander si l’écart qui existait entre les travailleurs de son ancien milieu et les notaires, les officiers, les hommes d’affaires, les caissiers du milieu qu’il fréquentait à présent, ne se bornait pas uniquement à des différences de nourriture, de vêtements et d’entourage« 

Non seulement Martin Eden souffre des différences financières qui enferment les gens dans des castes au sein de la société, mais il souffre surtout et avec beaucoup d’amertume de la différence qu’il incarne lui-même alors qu’intellectuellement, son génie dépasse de loin la compréhension de la moyenne des gens qui l’entourent.

Bien que le roman ne se termine pas sur une note d’espoir, il me semble que sa lecture communique beaucoup d’empathie vis-à-vis des personnes qui se sentent différentes, incomprises et seules au sein de la société.

Publicités

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s