Archives de Tag: déception sentimentale

Folie malsaine de l’imagination ou « MADAME BOVARY » de Gustave FLAUBERT

Par défaut

« Madame Bovary » de Gustave Flaubert

C’est avec plaisir que je vais vous parler ce mois-ci d’un grand classique de la littérature française.

Voici l’histoire de « Madame Bovary » en quelques mots  : Emma, fille d’un riche fermier, devient l’épouse d’un brave médecin de campagne, Charles Bovary. Son mariage et sa petite fille ne lui apportent pas le bonheur espéré. Elle s’enlise dans l’ennui et rêve d’un amour fougueux et d’une vie mondaine trépidante comme les princesses des romans à l’eau de rose dont elle est friande. Aveuglée par ses illusions, elle se laisse entraîner dans des aventures extra-conjugales qui ne pourront jamais vraiment la combler.

Gustave Flaubert a mis le doigt sur les dangers d’une trop grande propension à enjoliver la réalité, ce qui multiplie à l’excès le désir de toujours vouloir plus et mieux, et ce qui finalement fait obstacle au contentement et au bonheur. L’auteur se moque des lectures dans lesquelles Emma se plongeait et qui ont laissé débordé son imagination avec une trop grande effervescence. Il dénonce les dangers de cette évasion rêveuse qui dénature la réalité et ne conduit qu’à l’insatisfaction. D’ailleurs de ce roman est né le terme « bovarysme » qui se définit comme un état d’insatisfaction se traduisant par des ambitions démesurées et une fuite dans l’imaginaire et le romanesque.

Un livre qui fait du bien ?

En tous les cas, cette histoire a le mérite de remettre nos désirs à l’heure de la réalité, elle nous suggère de considérer notre verre non pas à moitié vide, mais à moitié plein.

En outre, ce roman questionne les bienfaits de la lecture. Léon, amoureux d’Emma, parle du bien-être qu’il ressent en lisant :

« On ne songe à rien, continuait-il, les heures passent. On se promène immobile dans des pays que l’on croit voir, et votre pensée, s’enlaçant à la fiction, se joue dans les détails ou poursuit le contour des aventures. Elle se mêle aux personnages; il semble que c’est vous qui palpitez sous leurs costumes« .

Toutefois, le délire imaginaire d’Emma prend souvent des proportions démesurées :

« Alors elle se rappela les héroïnes des livres qu’elle avait lus, et la légion lyrique de ces femmes adultères se mit à chanter dans sa mémoire avec des voix de soeurs qui la charmaient. Elle devenait elle-même comme une partie véritable de ces imaginations et réalisait la longue rêverie de sa jeunesse, en se considérant dans ce type d’amoureuse qu’elle avait tant envié. »

Conclusion : il faut lire de façon intelligente, lire pour s’évader, lire pour se retrouver, lire pour ne pas se sentir seul, lire pour guérir mais tout en sachant bien entendu faire la part entre la réalité et l’imaginaire.

Dans son essai sur la lecture « Comme un roman« , Daniel Pennac a défini avec humour le bovarysme comme une « maladie textuellement transmissible » auquel toutefois, précise-t-il, chaque lecteur a droit de façon imprescriptible.

 ***

Paru en 1857, le roman « Madame Bovary » a valu à son auteur Gustave Flaubert d’être jugé pour outrage aux bonnes moeurs. Il fut blâmé pour le réalisme, jugé choquant à l’époque, avec lequel il avait décrit ses personnages.

A la fois précurseur d’une nouvelle sensibilité littéraire qui est le réalisme, l’auteur reste cependant aussi un héritier du romantisme dans sa façon d’agencer et d’interpréter avec un certain lyrisme la réalité de cette histoire. Vous trouverez un analyse détaillée sur ce dualisme en suivant ce lien.

Au petit bonheur des femmes « Le bruit des silences » de Valérie Gans

Par défaut

« Le bruit des silences » de Valérie Gans.

Ce roman, paru chez JC Lattès pour ensuite être publié par Le Livre de Poche, a fait partie de la sélection du mois de mai pour le Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2014.

Toutefois, c’est celui qui a remporté le moins de votes parmi les quatre ouvrages présentés.

Il est vrai qu’en comparaison des trois autres romans palpitants que sont , , celui-ci semble quelque peu léger et ne laisse pas vraiment derrière lui une marque impérissable…

Pourquoi alors le citer sur ce blog ? Parce que l’auteur, Valérie Gans, nous parle d’histoires de femmes, des femmes souvent déçues par leur compagnon et par la romance qu’elles avaient imaginée autour de leur relation de couple. Lorraine, la protagoniste principale est une quadragénaire divorcée qui élève seule tant bien que mal ses deux enfants adolescents à Paris. Une rencontre avec un ami d’enfance vient bouleverser sa vie, mais elle ignore que l’épouse de ce dernier souffre de l’effondrement de son couple . La souffrance fait aussi partie de la vie de la soeur de Lorraine dont le compagnon excelle dans le harcèlement mental. Bientôt ressortent aussi des secrets de famille longtemps enfouis par la mère, mais également par la grand-mère muette de Lorraine.

Ces divers parcours féminins se rencontrent dans ce récit facile à lire et qui peut s’avérer agréablement thérapeutique pour celles qui viennent de subir un échec amoureux. En effet, cela fait toujours du bien d’entendre parler d’expériences similaires sinon pires que celles que nous vivons.

« Sur le marché », c’était ainsi qu’elles se considéraient, elle et ses amies, éternelles célibataires ou fraîchement divorcées, ce qui revenait au même : qu’elles appellent cela solitude ou liberté, ces filles-là dormaient seules, choisissaient seules la couleur de leur canapé et des capsules de café, quand ce n’était pas le nom de leur chat pour les cas les plus durables ou les plus désespérés.
 
« Sur le marché », ces femmes, pour trouver un homme, « le bon », comme elles disaient, s’offraient inconsciemment à la concupiscence de tous les autres.« 

A noter que les hommes ne sont pas du tout mis à l’honneur dans ce roman. A l’exception des « fils »- qui font plutôt office de braves garçons -, les pères, maris, amants n’ont pas grand-chose pour eux…

Vous pouvez également visionner l’interview de l’auteur Valérie Gans qui nous parle de son roman.

 

J’en profite pour attirer votre attention sur l’ajout récemment effectué sur la page d’accueil de ce blog. Tout blogueur a maintenant l’opportunité de faire un peu de publicité pour son site ou son blog, voire même pour ses vidéos, en y insérant un lien vers un article sur la chronique d’un roman bienfaisant, voire sur vers un article répondant aux trois questions soulevées. A vous de jouer ! Envoyez moi votre lien !