Vertu bienfaisante du roman policier ?

Par défaut

policier

Toute lecture peut s’avérer bienfaisante, les romans policiers également.

A côté de quelques autres noms (Conan Doyle, Emile Gaboriau…), l’écrivain américain Edgar Allan Poe (1809-1849)  fait souvent figure de précurseur du roman policier et du roman fantastique. La traduction française de ses écrits par Charles Baudelaire a permis de le découvrir dès la seconde moitié du 19e siècle en France.

Certains disent que Poe avait lutté toute sa vie contre une certaine instabilité psychique et qu’il « inventa la nouvelle policière pour ne pas devenir fou ».

Dans son introduction aux « Nouvelles histoires extraordinaires » d’Edgar Allan Poe, Roger Asselineau (1915-2002) décrète que « … »Le roman policier permet à chacun de nos jours, lorsque les contraintes sociales se font trop lourdes, de tuer impunément et même avec bonne conscience. C’est déjà sans doute le genre de satisfaction que Poe y recherchait… »

Dans son ouvrage « Le roman policier ou la modernité » (1992), Jacques Dubois dit que « la faute de l’autre est aussi en nous, et nous serions capables de la commettre… Tel est bien, […], l’effet cathartique de toute lecture policière : à jouir de la reconnaissance du coupable, nous nous délivrons du sentiment de faute qui nous habite« .

Dans sa thèse de littérature comparée (2004-2005) intitulée « Formation du roman policier algérien 1962-2002« , Miloud Benhaïmouda va plus loin : « … dans une société civilisée, le « crime sur papier », substitut en fiction du crime sanglant, contribuerait à tempérer l’angoisse de la mort et à pallier, par la libération cathartique, les contraintes et interdits sociaux qui prohibent l’infraction jugée universellement la plus grave : le meurtre…[..mais] son effet cathartique s’étend également au désir d’expiation que la règle de l’épilogue édifiant (le rétablissement exemplaire de l’ordre) vient usuellement satisfaire. »

Roman policier …. bienfaisant ?

La lecture d’un « bon » roman policier/thriller peut donc à la fois combler notre double besoin de transgresser les règles sociales et de revenir à un ordre exemplaire.

Personnellement, j’y ajoute un avantage supplémentaire : la lecture d’un bon thriller plein de suspense permet aussi de se distraire et donc de s’évader du quotidien … Encore faut-il que le thriller soit bien écrit (comme d’ailleurs tout roman bienfaisant), qu’il évite la simplicité du manichéisme, qu’il éveille un questionnement ou une réflexion existentielle et qu’il donne envie de s’y replonger dès que possible…

Cet été, j’ai eu le plaisir de lire deux grands romans qui semblent répondre à plusieurs critères…. (je les classe parmi les ROMANS BONBONS »)

2polars1b

……S U S P E N S E …..

2polars4

 

Ces deux romans policiers – gros volumes, plus de 800 pages – ont été successivement lauréats du Prix des Lecteurs du Livre de Poche (sélection polars)

« JE SUIS PILGRIM » de Terry Hayes (lauréat en 2015)2polars3b

Difficile de résumer un tel roman, sinon en reprenant la phrase de la quatrième de couverture qui parlera notamment aux cinéphiles « Un thriller d’espionnage exceptionnel, mélange de Homeland et de  Jason Bourne« . Le narrateur est une personne énigmatique des services secrets américains qui  cherche à découvrir l’auteur présumé d’un futur attentat terroriste…

Beaucoup de digressions (que l’on reconnaîtra ensuite comme nécessaires), beaucoup de protagonistes, et un récit à rebondissements qui ne laisse aucun repos.

 

« W3 : LE SOURIRE DES PENDUS » de Nathalie Hug et Jérôme Camut (lauréat 2014)

2polars2b

Le premier volet d’une série de trois qui connaît pas mal de succès. Les divers protagonistes principaux recherchent les coupables d’une série d’enlèvements de jeunes filles et/ou de meurtres violents. Dans ce roman, les victimes (les pendus) ne sont pas tous des innocents, les protagonistes présentent diverses facettes et un historique pas toujours bon enfant, et certains présumés coupables montrent des signes de bienveillance… Une lecture divertissante, où la recherche dans la psychologie des personnages suscite des questionnements bienvenus, voire bienfaisants.

 

L’été n’est pas terminé, il vous reste encore un peu de temps à consacrer à la lecture de romans policiers….

Alors pourquoi pas

ou

 

Et vous ? Quelle est votre sélection de polars incontournables ?

 

 

Publicités

"

  1. Comme auteure de polars, je ne peux que cautionner votre article… Liste de polars incontournable ? Bone de Georges Chesbro, La nuit tombe sur Manhattan de Robert Daley, Le Dahlia Noir de James Ellroy, les P.D.James, Le Poète de Connely, et tous les autres… 🙂

  2. Pingback: Culpabilité : effet cathartique bienfaisant du thriller | Lire pour guérir

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s