A l’assaut du bonheur de LIRE !

Par défaut

 

Les gens heureux lisent et boivent du café

« Les gens heureux lisent et boivent du café »

Agnès Martin-Lugand

Editions Michel Lafon (2013), Pocket (2014)

Tragédie d’une libraire

Beaucoup d’entre vous ont déjà lu ou re-connaissent ce roman qui a eu un grand succès relayé par les nouveaux médias. L’histoire raconte les aléas d’une jeune femme libraire qui doit se reconstruire après avoir tragiquement perdu son mari et sa petite fille dans un accident de la route.

Ce récit « feel good »  est divertissant et très agréable à lire. Il s’agit d’un roman à la portée d’un large public qui partagera les émotions de l’héroïne Diane et pourra peut-être s’y reconnaître. Les personnages secondaires sont assez bien typés, et le tout baigne dans une ambiance sympathique, parfois teintée d’humour.

Les gens heureux lisent-ils vraiment ?

Le titre du livre interpelle la lectrice que je suis, mais n’est pas vraiment développé en tant que thématique dans le récit. Bien sûr, la protagoniste principale adore les livres, elle est libraire, et lorsque le destin lui joue un très méchant tour, elle se détourne de son métier et s’isole en s’enfonçant dans la dépression.  Elle reviendra dans sa librairie plus tard, lorsque le ciel changera de couleur pour elle et lorsque les ombres se seront quelque peu dissipées.

Le retour aux livres et à la lecture est-il pour autant synonyme de bonheur retrouvé ?

Parmi les choses qui rendent les gens heureux, on mentionne souvent la faculté de pouvoir se déconnecter du monde extérieur pour revenir à une meilleure écoute de soi et des autres.

La méditation, le retour à la nature, la contemplation d’une oeuvre d’art, l’ouverture aux sensations et aux émotions de tout son être constituent de bons moyens pour y parvenir. La lecture en fait également partie, car elle ouvre l’esprit à un échange avec autrui et à une réflexion sur soi-même.

Au bonheur de lire ou lire pour le bonheur

Pourquoi lit-on des romans ou des fictions ?

1. pour se divertir et s’évader : c’est sans doute la première réponse qui revient le plus souvent lorsque se pose la question « Pourquoi lisez-vous ? » . Bien sûr, pour se divertir ! C’est comme lorsque nous avons envie d’aller au cinéma, de sortir en boîte, de faire la fête. L’objectif est de s’éloigner du quotidien, de retrouver des amis, de se déconnecter du train train, de faire autre chose.
Parmi de nombreux exemples, citons : « La Vérité sur l’Affaire Harry Québert » de Joël Dicker
ou encore « Le Livre des Baltimore » du même auteur, qui constituent des moments d’évasion garantis !

2. pour voyager sans aucun risque : nous sommes tous enclins à apprendre et à découvrir d’autres horizons, qu’ils soient géographiques, temporels ou émotionnels. La peur nous freine bien souvent dans ces élans. Peur de l’autre, peur de l’inconnu. Grâce à la lecture, nous pouvons rester bien tranquillement dans notre fauteuil tout en parcourant divers coins du monde. Nous avons aussi la possibilité de nous connecter à d’autres époques et de plonger dans l’atmosphère de celles-ci. Enfin et surtout, nous pouvons entrer dans l’esprit d’une autre personne et accompagner ses pensées et ses réflexions, voire y reconnaître nos propres émotions.

Parmi de nombreux exemples, citons :
« Une Odyssée américaine » de Jim Harrison
Ce roman raconte le périple d’un sexagénaire, qui après avoir été plaqué par sa femme, décide de tout quitter et de prendre la route pour explorer l’un après l’autre les différents états américains.

« Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » de Jonas Jonasson.
Ce roman, à l’instar du récit américain « Forrest Gump », relate les extraordinaires péripéties et rencontres d’un centenaire, aujourd’hui pensionnaire de maison de retraite, qui a traversé tout le 20e siècle d’est en ouest.

“ Ouvrir un livre c’est comme hisser la voile, le début du départ. ”
Éric Orsenna

 

3. pour sortir de la solitude : la rencontre avec les personnages d’un récit est toujours enrichissante et stimulante. N’avez-vous jamais ressenti cette irrésistible envie de retrouver en fin de journée la lecture d’un récit, interrompue la veille parce qu’il fallait bien dormir ? Vous y pensez souvent durant votre journée et vous vous réjouissez d’avance de connaître la suite du récit… C’est un peu comme retrouver un vieil ami avec lequel partager ses pensées et ses sentiments.

Parmi de nombreux exemples, citons :  « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows qui se décline sous forme de roman épistolaire grâce auquel nous apprenons à connaître la vie de tous les membres d’un club littéraire.

“ Lire, c’est vivre sans frontière et sans horloge.
La lecture est un partage universel : celui qui lit, n’est jamais seul.
Michèle Gazier

 

4. pour se laisser surprendre et submerger par des émotions (cela fait du bien) : il est prouvé que l’effet cathartique est bénéfique sur la santé mentale. Dès lors pleurer, rire, avoir peur par le biais d’une histoire provoquent une brèche libératrice pour un flux d’émotions qui resteraient autrement bloquées en nous et pourraient peut-être donner lieu à certaines pathologies.

A titre d’exemples, je vous renvoie à ma chronique sur les thrillers qui peuvent être sources de bien-être.

 

5. pour apprendre : nombreux sont les récits qui, outre le fait de nous faire frissonner, nous transmettent des connaissances sur les aléas d’un métier, les déboires d’une époque, la façon d’entretenir certaines plantes ou d’apprivoiser certains animaux, les souffrances liées à une maladie etc. La connaissance reste une ouverture sur le monde qui nous entoure et génère l’empathie pour celles et ceux qui en détiennent certaines clefs et peuvent s’en accommoder ou s’en servir le cas échéant.
Je pense par exemple à ce roman « L’Empreinte de toute chose » d’Elizabeth Gilbert qui aborde sous forme d’un beau récit le thème de l’évolution des espèces et de la botanique à une époque où la place de la femme érudite restait à définir.

6. pour apprivoiser les mots, la grammaire et le style d’une langue :  il est parfois agréable de se laisser porter par une phrase dont les mots vous guident avec justesse sur la corde sensible d’une émotion. Waouh ! Cette expression nous semble alors si belle et si bien agencée. En tant que lecteurs, nous en restons admiratifs et peut-être l’utiliserons-nous plus tard à bon escient.
Les romans d’Amélie Nothomb revisitent d’une manière jouissive notre vocabulaire et questionnent les mots de notre langage. Les romans rédigés par des membres de l’OULIPO (Ouvroir de Littérature Potentielle) sont pour leur part toujours en quête de nouvelles règles formelles destinées à encourager la création. Mais outre ces exemples, chaque plume peut donner lieu à des phrases marquantes, bien tournées et qui font briller certaines idées. A nous d’en profiter !

7. pour vivre deux, trois, quatre fois plus.… : J’ai le bonheur de vivre trois vies : le quotidien,  la lecture d’un récit en soirée et l’écoute d’un roman sur cassette audio dans les embouteillages…

“ Lire, pour vivre plusieurs fois.”
Alexandre Jardin

8. pour guérir bien sûr 🙂 car en lisant, on ne se sent plus seul, on ouvre son esprit sans contrainte à autrui et à une réflexion sur soi-même, on est dans le partage et l’émotion bienfaisante.

Si vous avez un commentaire sur cette page, n'hésitez pas à m'en faire part !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.