Archives de Tag: souffrance physique

Panne de moelle osseuse « JOURNAL D’UN VAMPIRE EN PYJAMA » de Mathias Malzieu

Par défaut

IMG_5520

« JOURNAL D’UN VAMPIRE EN PYJAMA »

de Mathias Malzieu

Editions Albin Michel, 2016

Musicien, chanteur et compositeur (membre du groupe Dionysos), Mathias Malzieu a également écrit plusieurs romans.

En 2013, atteint d’une aplasie médullaire (sorte de dysfonctionnement de la moelle osseuse), il est hospitalisé sous haute surveillance médicale et son système immunitaire est complètement affaibli.

« Le journal d’un vampire en pyjama » raconte le parcours d’un combattant pour la survie depuis le diagnostic de sa maladie jusqu’à la convalescence, environ un an plus tard.

« Désormais, j’aurai besoin du sang des autres pour vivre. C’est officiel, je suis devenu un vampire. »

Pour échapper à un quotidien terriblement dur à supporter, Mathias Malzieu s’évade par la pensée en lisant et en écrivant.

« Puisque je suis prisonnier de mon propre corps, je dois plus que jamais apprendre à m’évader par la pensée« 

« Ma seule possibilité de résister, c’est d’écrire. L’urgence fait pousser les graines de livres en moi. Je les arrose toutes et m’applique à penser que je vais trouver mon haricot magique pour crever le plafond de l’hôpital.« 

La quatrième de couverture, joliment tournée, fait référence à ce besoin d’évasion par l’écriture d’un journal intime.

Mathias Malzieu

Roman bienfaisant ?

Lorsqu’une maladie nous tombe dessus et nous contraint à mettre entre parenthèses une vie insouciante et heureuse, le choc est dur, il faut s’adapter, vivre au jour le jour, se battre contre le sort pour espérer retrouver l’état d’avant. Nous avons tous connu les affres d’une grippe ou affection qui nous oblige  à rester au lit et à interrompre nos activités durant quelque temps. Lorsqu’il s’agit d’une maladie grave qui met en danger notre vie elle-même,  le traumatisme moral s’accroît considérablement. C’est ce qui s’est passé pour Mathias Malzieu.

Dans , il nous relate son quotidien avec la maladie, avec la mort aussi, mais il le fait en maniant une plume élégante, imagée et empreinte de beaucoup d’humour .

L’écriture de son journal, qui était pour lui une façon de résister au mauvais coup du destin, peut devenir une lecture bienfaisante pour une personne qui souffre physiquement dans la solitude et l’incompréhension. Car en effet, l’écoute des peines d’autrui aide à relativiser et à vaincre les siennes…. Vous en doutez ?

SOUFFRANCE : « L’île des oubliés » de Victoria Hislop

Par défaut

« L’île des oubliés » de Victoria Hislop

2001 en Crête, une jeune fille, Alexis, souhaite connaître l’histoire de sa famille sur laquelle semble peser un terrible secret. Ses recherches l’amènent chez Fotini, une femme assez âgée qui habite dans un village au nord de la Crête, situé face à l’île de Spinalonga. Cette île aujourd’hui abandonnée accueillait la principale colonie grecque de lépreux entre 1903 et 1957…

Le récit de Fotini nous emmène plus d’un demi-siècle en arrière, juste avant le début de la seconde guerre mondiale, lorsque la lèpre frappa sans avertir la famille d’Alexis.

Le roman retrace les mésaventures de personnes lépreuses, obligées de s’exiler du reste du monde, y compris de toute leur famille. Un diagnostic terrible pour une maladie que l’on situe à tort dans un lointain passé, alors que la lèpre sévissait encore au début du 20ème siècle en Europe. Grâce à cette histoire, nous pouvons nous mettre à la place de ces gens qui ont souffert non seulement de la maladie, mais pire encore, de l’exclusion sociale et de l’incompréhension de leur prochain. Car la lèpre est une maladie que l’on connaît peu et qui fait très peur.

Non sans raison, « L’île des oubliés » a connu et connaît encore un grand succès en librairie. L’histoire, agréable à lire, se prête aussi merveilleusement bien à la lecture lorsque l’on se trouve en vacances en Crête…

Mais surtout, le roman est intéressant car il met en lumière la solitude des personnes frappées par une maladie incurable et leur combat pour vivre malgré tout dans la dignité et le bonheur.